24:06:08 – Festival Au Lac (Jour 3) August Burns Red / In Flames / Blessthefall / Lionheart / Get The Shot / Basterds / Run Terry Run (Granby)

Spectacle: Le 8 juin 2024 au Parc Daniel-Johnson pour la 2e édition de Festival Au Lac
Organisateur: Festival Au Lac
Photographe: Photographe Aryanne M.
Compte-rendu: Marc-André Provost

Retour sur la troisième et dernière journée de la 2e édition de Festival Au Lac à Granby!

« Me voilà donc arrivé sur le site pour la dernière journée du Festival Au Lac de Granby. Une journée ensoleillée accompagnée de forts vents, nous n’avons pas eu de facilité côté météo. Mais je suis convaincu que cela ne ralentira personne. J’arrive tout juste à temps pour voir le set du groupe de Punk Hardcore de Québec, Get The Shot. Une des formations québécoises qui se démarquent le plus ces dernières années, GTS est sans aucun doute un incontournable en cette journée qui est concentrée plus sur le métal.

Ce samedi commençait plus tôt que les deux journées précédentes et ce sont les groupes Run TERRY Run et Basterds qui ont ouvert la journée avec des performances endiablées, ce que certains admirateurs m’ont confirmé à mon arrivée sur le site, ayant manqué leur set. De plus, je remarque que le site est beaucoup plus achalandé en ce beau samedi.

RUN TERRY RUN

BASTERDS

C’est exactement à 16 h 40 que JP Lagacé et ses boys prennent la scène d’assaut. Damn qu’ils sont incroyables ! J’adore leur musique et leur style, mais je ne peux malheureusement pas mettre de titres sur leurs pièces. Une autre formation sur laquelle je dois passer plus de temps à écouter. À voir le nombre de chandails du groupe, ils sont vraiment bien représentés et dès les premières chansons, le pit est grandement ouvert. JP demande plus de circles, plus de stage dives et promet qu’avec la prochaine : Ça va brasser ! Avec « Bloodbather », GTS continue une performance endiablée. Le satané vent affecte un peu le son, mais rien de bien dramatique. Avec le fait que Lionheart soit sur le show, il était inévitable que le chanteur Rob Watson vienne faire acte de présence pour la chanson « Deathbound ». C’était magique ! Une solide performance de nos boys !

GET THE SHOT

Ça continue avec Lionheart, un groupe de hardcore venu directement de Californie. Ayant une réputation déjà bien établie dans le domaine du beatdown, ils sont les successeurs parfaits de Get The Shot. N’ayant pas eu la chance de les voir souvent en prestation, ils sont le groupe que j’avais le plus d’engouement à voir aujourd’hui. Alors que le site continue à se remplir, cette journée est définitivement la plus attrayante pour les partisans de metal car le site a beaucoup moins de coins morts. Il y a énormément de gens devant la scène, prêts à se dégourdir pour Lionheart.

WELCOME TO THE WEST COAST! Avec un début de prestation qui frappe comme un coup de poing dans la gorge avec Vultures, l’agressivité ne fait que s’amplifier devant la scène. On va se le dire, on voit toutes sortes de danses dans un show, mais voir une jeune fille de 4 ans faire du two-step, ça vole le show. Aussi cocasse que Lionheart qui termine une pièce avec un échantillon de Wherever I May Roam de Metallica.

En plus de ça, quelque chose que vous ne verrez pas souvent : nul autre que Gandalf le Gris 🧙‍♂️ est présent dans le circle pit pendant Keep Talkin’. Avec Hell On Earth, it’s two-step time et plusieurs en profitent pour faire du body-surfing. Durant toute leur prestation, on dirait qu’une tempête va se déclencher et effectivement, la pluie vient se joindre à la fête. Soulignons Break Stuff de Limp Bizkit qui fait une apparition bien surprenante mais vraiment bien placée. Awesome!

En présentant les membres du groupe, les gars décident de s’amuser en interprétant Fight For Your Rights des Beastie Boys avant de terminer avec LHHC. Une autre performance parfaite remplie de surprises.

LIONHEART

Blessthefall faisait partie des groupes que j’adorais en 2010. En vieillissant, ils sont malheureusement tombés dans le sac des groupes que j’ai oubliés. Leur album Witness était vraiment un incontournable à l’époque du Vans Warped Tour.

Arrivant avec un jersey des Canadiens, la formation d’Arizona n’a rien perdu de sa puissance avec le temps. Le chanteur Beau Bokan a toujours autant de voix. J’aurais pensé que les festivaliers auraient boudé un peu plus leur prestation vu qu’ils offrent un style bien différent des deux formations précédentes : I WAS WRONG!

Ça bouge en ti-pépère devant la scène. Je constate que leur musique plus récente est plus violente qu’à l’époque. Évidemment, lorsqu’ils ont joué 2.0 et What’s Left Of Me, je me suis rappelé pourquoi j’aimais leur style de metalcore. Ce festival réveille vraiment énormément de nostalgie en moi et me rappelle que je devrais revisiter tous ces groupes que j’ai mis de côté avec les années. L’interprétation de leur plus récente chanson Wake The Dead a été très bien reçue.

Cette fois, on a droit à Bowser dans le pit. Quelle apparition surprenante. Pendant 40 Days, c’est le festival du crowd-surfing. Granby is still alive! Blessthefall continue ensuite avec Bottomfeeder, qui contient plus de voix clean que les autres titres, mais qui est une belle occasion pour la création du mur de la mort. Devinez qui a décidé de venir s’inviter juste avant la dernière chanson Hey Baby, Here’s That Song You Wanted : notre ami non désiré, la pluie. Bordel haha.

BLESSTHEFALL

Pour In Flames, je décide de prendre un peu de recul et j’en profite pour aller manger un morceau. Je vois une armée de t-shirts In Flames se diriger vers la scène. La pluie me convainc de me retirer un peu dans mon véhicule pour manger, ce qui me fait manquer une partie de leur set. Malgré la pluie qui va et vient, cela n’empêche pas leurs partisans de donner tout ce qu’ils ont. Pour plusieurs, ils sont l’unique raison de leur présence au Festival Au Lac. Même après trois jours, je reste encore étonné de l’exceptionnel travail des bénévoles concernant la maintenance du site. Plusieurs festivals devraient consulter leur logistique, car Granby gagne la palme d’or tellement le sol reste propre tout au long de la journée. In Flames ont performé comme à leur habitude : avec précision et énergie!

Avec des interprétations de « Food For Gods », « Coerced Coexistence » et « Bullet Ride », les festivaliers profitent pleinement du spectacle alors que la nuit commence à tomber, amenant le froid avec elle. Ceux qui ont froid se rapprochent de la scène alors que le groupe continue à enchaîner des succès de leur longue carrière. Pour ma part, je n’ai jamais porté beaucoup d’attention à leur cheminement malgré que j’aie toujours eu un énorme respect pour eux et leur musique. J’avoue que j’aurais préféré All That Remains, mais leur spectacle était très bien et ils semblent avoir passé un bon moment.

IN FLAMES

Maintenant, la cerise sur le sundae : August Burns Red. Je dois me confesser, je suis fatigué, trempé et j’ai froid. Mais devant nous, ce sont les légendes du metalcore. Ce groupe a toujours été impeccable. J’ai eu le plaisir de les voir en spectacle à plusieurs reprises et je dois dire que je n’ai jamais été déçu. Jake est toujours parfait au chant. JB et Brent sont des maîtres de leurs instruments et que dire du batteur Matt Greiner. Un sacré Beast. J’aime pratiquement tout leur matériel, mais c’est avec des classiques comme The Truth of a Liar et Composure que je suis le plus en extase. J’ai bien aimé également Ghosts et Backfire. Les jeux de lumières sont éblouissants et nous gardent dans le rythme du show. J’aurais pensé que le site se serait vidé un peu après In Flames mais au contraire, c’est toujours aussi plein ! Voici quelques morceaux qui ont été joués : Invisible Enemy, Animals, Beauty in Tragedy. Pendant l’interprétation de Meridian de l’album Constellations, Jake a même joué de la basse électrique. Je suis content de voir que Granby a encore du gaz dans le réservoir jusqu’à la toute fin du festival. Fun fact : les gars de ABR ont affirmé avoir conduit durant 16 heures pour venir jouer 80 minutes de pur metalcore. Merci pour cela ! Je quitte avant la fin mais j’ai un bon pressentiment qu’ils termineront avec White Washed. What a banger!

AUGUST BURNS RED

En terminant trois jours de paix et de musique, merci à tous ceux qui ont fait de cette expérience un week-end totalement mémorable. Parfaitement établi, site idéal et logistique de précision et d’exécution, le festival au lac est de loin l’une des aventures musicales que j’ai le plus adorées. Je souligne le professionnalisme de l’organisation The Well Done Production et toute leur équipe. Malgré une météo plus que mauvaise, ils ont relevé le défi haut la main. Merci à Roxanne d’avoir été là pour nous aider, l’équipe média, à avoir une expérience impeccable et facile. C’était un retour pour moi sur plusieurs groupes que j’adorais et que je me dois de revisiter. J’ai bien hâte de voir ce que l’édition de 2025 nous réserve. Longue vie au Festival au Lac.


Setlist Lionheart

Trial by Fire
Break Stuff (Limp Bizkit cover)
Fight for Your Right (Beastie Boys cover)
Rest in Power
LIVE BY THE GUN
Love Don’t Live Here
LHHC

Setlist Blessthefall

Cutthroat
Hollow Bodies
2.0
What’s Left of Me
Youngbloods
Wake the Dead
Wishful Sinking
40 Days…
Bottomfeeder
Promised Ones
You Wear a Crown But You’re No King
Hey Baby, Here’s That Song You Wanted

Setlist In Flames

The Beginning of All Things That Will End
Foregone Pt. 1
Deliver Us
Everything’s Gone
Paralyzed
In the Dark
Voices
Food for the Gods
Coerced Coexistence
Bullet Ride
Cloud Connected
State of Slow Decay
Alias
The Mirror’s Truth
I Am Above
Take This Life

Setlist August Burns Red

Empire
Thirty and Seven
Backfire
Composure
Ghosts
Defender
Animals
Marianas Trench
Paramount
White Washed

Picture of Marc Desgagné

Marc Desgagné

Propriétaire MetalUniverse.net | Originaire du Saguenay | Ville actuelle, Québec (Canada)

Publications récentes

Dans la même catégorie

Mots-Clés

Nous Suivre