Napoleon – Entrevue avec Jon Elmaleh et Eitan Garazi à propos du nouvel EP « Dear God »

En prévision de la sortie de son nouvel EP intitulé « Dear God », notre journaliste Marc Desgagné (MetalUniverse.net) a réalisé une entrevue avec la jeune formation post-hardcore de Toronto NAPOLEON. Avec une énergie qui saura plaire aux amateurs de hardcore, nous avons discuté avec Jon Elmaleh (chant, guitare) et Eitan Garazi (batterie) discutent de tout ce qui entoure cette nouvelle offrande, de la scène torontoise et de ce qui s’en vient pour eux.

ENGLISH version follows ]

MU : Votre dernier EP, « Dear God », est décrit comme beaucoup plus sombre que votre précédent effort, « Enemy Within », à la fois musicalement et au niveau des paroles. Pouvez-vous nous en dire plus sur l’évolution de votre son et de vos paroles pour cet EP ? Comment décririez-vous l’évolution de votre son, passant d’influences hard rock à un son plus post-hardcore/metalcore ?

Jon Elmaleh : Jusqu’à présent, nos deux chansons les plus populaires ont été « I Better Run » et « Fullsize Problem ». Ce sont nos deux chansons les plus écoutées en streaming, et elles suscitent les plus grandes réactions quand nous les jouons en live. Ce sont aussi nos deux chansons les plus lourdes, celles qui s’appuient le plus sur mes influences post-hardcore/metalcore, et au fur et à mesure de nos tournées ces deux dernières années, il est devenu de plus en plus clair pour nous que c’est vraiment ce en quoi nous excellons, nous avons même renforcé certaines des chansons les plus anciennes quand nous les jouons en live, donc c’était une décision consciente. Au niveau des paroles, je voulais vraiment en faire quelque chose d’unique et de significatif, des paroles qui représentent quelque chose. Nous avons joué « Help Me » pendant la majeure partie de la tournée que nous avons faite l’année dernière, même si elle n’est pas sortie, et c’est la seule fois où j’ai vraiment parlé de la signification des paroles et du sujet de la chanson sur scène, et c’était intéressant de voir comment les gens réagissaient. Je me souviens que lors d’un concert en octobre dernier, quelqu’un est venu me voir après le concert alors que je vendais des produits dérivés, et m’a dit qu’il pensait que les paroles étaient vraiment puissantes, sans entrer dans les détails, il m’a dit qu’il venait d’une famille très religieuse, et qu’il sentait qu’il ne pouvait pas vraiment être lui-même sans avoir peur d’être considéré comme un faux croyant dans sa communauté, et que cela ruinait sa relation avec sa famille, et comme la chanson n’était pas encore sortie, il m’a demandé si je pouvais lui envoyer les paroles. C’était une expérience intéressante, car je n’avais jamais vraiment envisagé l’impact que des paroles aussi lourdes pouvaient avoir sur l’auditeur, et je pense que pour eux, cet impact a été positif, ce qui est vraiment génial.

Eitan Garazi : Nous avons définitivement appliqué un son plus lourd à notre musique par rapport aux débuts du groupe. Au début, nous nous sommes beaucoup inspirés d’artistes que nous admirons, comme Billy Talent et Rage Against the Machine. Au fur et à mesure que nous écrivions et jouions, nous avons attiré l’attention sur un son plus lourd, ce qui nous a inspiré de nouvelles influences musicales comme Alexisonfire, Silverstein et Slipknot. Ce nouveau son nous a permis de travailler avec nos forces et nous a donné l’opportunité de devenir plus profonds et plus personnels que jamais avec nos paroles.

MU : « Dear God » explore le thème de la foi, ou plutôt du manque de foi, à la fois en Dieu et en soi-même. Comment ce thème s’est-il développé dans votre processus d’écriture ?

Jon Elmaleh : « Help Me » est la première chanson que j’ai écrite de cette façon, c’est en fait une histoire vraie à propos de quelqu’un que je connais et qui était proche de ma famille. C’est drôle, j’ai toujours veillé à ce que nos paroles ne disent rien qui puisse être considéré comme controversé, et même si je comprends que certaines personnes n’aiment pas ce que je dis dans ces chansons, il y a probablement aussi beaucoup de gens qui vont y trouver plus d’écho que dans tout ce que j’ai pu chanter jusqu’à présent. Je me souviens qu’en enregistrant le chant de « Lord and Saviour », j’ai dit à notre manager Scott que j’étais inquiet que nous puissions détourner les gens avec un message un peu plus agressif que Napoleon n’a jamais eu, et il m’a dit « un groupe qui ne défend rien ne vaut pas la peine d’être écouté » et j’étais d’accord, aucun de mes groupes préférés n’a jamais été timide à propos de ses croyances, alors pourquoi devrais-je l’être à propos des miennes ?

MU : Parmi les chansons de « Dear God », y en a-t-il une en particulier qui résonne le plus avec vous personnellement ? Pourquoi ?

Jon Elmaleh : « Help Me » est ma chanson préférée de Napoleon, la chanson est très proche de moi, encore une fois, elle raconte une histoire vraie sur quelqu’un que je connais depuis que j’ai peut-être 8 ou 9 ans. Je suis très fier de cette chanson.

Eitan Garazi : « Help Me » est ma chanson préférée du nouvel EP, je dirais. C’est la chanson que je préfère jouer en concert. Je m’entends très bien avec le reste du groupe lorsque je joue cette chanson, parce que nous y mettons tous une quantité incroyable d’émotion chaque fois que nous la jouons. Je pense que nous nous y reconnaissons tous d’une manière ou d’une autre.

MU : La chanson « Help Me » raconte l’histoire d’un homme qui a choisi de consacrer sa vie à servir Dieu au détriment d’une famille, d’amis ou d’une vie en dehors de la religion. Quel message souhaitez-vous faire passer avec cette chanson ?

Jon Elmaleh : Je viens d’une famille religieuse, mais je ne crois pas personnellement en Dieu, et ce depuis longtemps. Ce que j’ai remarqué, c’est qu’il y a certaines personnes religieuses qui aiment utiliser leur religion comme un moyen d’être une mauvaise personne, ils sont homophobes, racistes, etc. et disent que c’est au nom de Dieu parce que c’est ce qui est écrit dans la Bible. De même, j’ai constaté que de nombreuses personnes religieuses ont tendance à mépriser les personnes qui ne partagent pas les mêmes croyances qu’elles, et même si elles les partagent, mais choisissent de pratiquer leur culte d’une manière différente, elles ne sont pas respectées non plus. Je pense qu’il est important pour moi de préciser que je ne suis en aucun cas contre les personnes qui sont religieuses, je pense qu’il est important de respecter les gens ainsi que leurs croyances, ce contre quoi je suis, c’est lorsqu’ils ne sont pas capables de rendre ce respect mutuel.

MU : « Lord and Savior » soulève la question de savoir pourquoi des choses terribles se produisent encore dans notre monde si Dieu est si grand et si bon. Comment cette question a-t-elle influencé votre propre vision de la foi et du monde ?

Jon Elmaleh : C’est en quelque sorte le catalyseur qui m’a amené à la conclusion que je ne crois pas en Dieu. Je me souviens très bien avoir entendu parler de la Seconde Guerre mondiale et de l’Holocauste lorsque j’étais au collège, et que certains juifs écrivaient des choses comme « tout va bien parce qu’ils savent que Dieu est avec eux » et d’autres choses de ce genre (et bien sûr, je ne juge pas la façon dont ils faisaient face aux circonstances) et je me souviens aussi d’avoir entendu un professeur dire que « bien que l’Holocauste ait été une chose horrible, Dieu avait un plan » et je ne pouvais tout simplement pas y adhérer. Si Dieu est si réel et si grand, pourquoi reste-t-il assis et permet-il qu’une chose aussi horrible se produise ? Je ne peux pas y croire.

MU : « Heartless » et « If I Go » abordent tous deux le thème du doute de soi, d’un point de vue religieux et intérieur. Pourquoi était-il important pour vous d’explorer ces thèmes dans cet EP ?

Jon Elmaleh : Cela rejoint la dernière question : grandir dans une famille religieuse (et aller dans une école religieuse) et perdre sa foi à un âge précoce s’accompagne d’une bonne part de jugement de la part des gens qui nous entourent. Tout le monde autour de moi semblait avoir trouvé la paix dans sa religion et j’avais l’impression d’être le seul à ne pas y croire, ce qui signifiait automatiquement que quelque chose n’allait pas chez moi.

Eitan Garazi : J’ai toujours été élevé dans la religion et avec des gens religieux autour de moi. Bien que j’apprécie beaucoup les valeurs de la religion, je n’aime pas toutes les règles et réglementations sur ce que l’on peut et ne peut pas faire. Certaines choses, comme le fait de ne pas pouvoir manger de viande et de fromage tout en restant casher, n’ont jamais eu de sens pour moi. J’ai l’impression que la religion ne fait que choisir ce qui est un péché et ce qui ne l’est pas, même si certaines de ces règles n’ont aucun sens. C’est pourquoi j’ai décidé de ne pas être religieux et de vivre ma vie comme je l’entends.

MU : On vous décrit comme un groupe qui offre une expérience live très énergique. Qu’est-ce qui rend vos performances scéniques si spéciales ?

Jon Elmaleh : Nous sommes vraiment fiers de nous donner à fond, quoi qu’il arrive, que nous jouions devant 10, 100 ou 1000 personnes, nous jouons de la même manière, nous essayons d’impliquer les gens qui nous regardent et de les faire bouger. Nous jouons également en direct, sans clics ni pistes (sans vouloir faire de l’ombre aux groupes qui ont ce genre de choses, ce n’est tout simplement pas nous) et il semble que de plus en plus de groupes s’éloignent de cela, ce qui rend cette authenticité plus difficile à trouver.

MU : A votre avis, quelle est la plus grande différence entre l’énergie que vous émettez sur scène et ce qui est capturé dans vos enregistrements en studio ?

Jon Elmaleh : J’ai l’impression que lorsque nous jouons en live, parce que nous sommes un groupe jeune et relativement nouveau, nous avons beaucoup à prouver, et nous le savons, donc nous jouons en conséquence, nous nous efforçons vraiment de prouver que nous sommes un groupe qui mérite votre attention, et quelle que soit la durée de notre set, nous essayons de la mériter.

MU : Quel est l’aspect le plus gratifiant de la création de « Dear God » pour vous en tant qu’artistes ?

Jon Elmaleh : Faire cet EP a été difficile pour le groupe pour être honnête, nous avons connu des changements majeurs de line-up juste au moment où nous nous préparions à commencer l’enregistrement, et pendant la majeure partie du processus il n’y avait qu’Eitan et moi dans le groupe, il y a eu des moments où j’ai vraiment douté que Napoleon continuerait ou non. Nous avons terminé l’enregistrement des instrumentaux il y a environ un an, et c’est fou de voir à quel point nous sommes maintenant au plus haut niveau que nous ayons jamais atteint. Je crois vraiment que la version actuelle de Napoleon est la meilleure version de Napoleon.

MU : En tant que groupe basé à Toronto, comment la ville et sa scène musicale ont-elles influencé votre musique et votre parcours en tant que groupe ?

Jon Elmaleh : Il y a beaucoup de grands groupes à Toronto et dans la région du Grand Toronto en général, beaucoup de mes grands groupes préférés, comme Billy Talent, Alexisonfire, PUP, Counterparts, METZ, The Flatliners, etc. sont tous de Toronto et des villes environnantes, et il n’y a pas de pénurie de groupes locaux non plus, un petit coup de chapeau à Conversation, Jenafur, et The Fractured qui jouent tous au concert de sortie de « Dear God » le 27 juin, et qui sont tous basés à Toronto. Il n’y a pas de pénurie d’inspiration là d’où nous venons !

MU : Quels sont vos projets après la sortie de « Dear God » ? Avez-vous déjà des idées pour de nouvelles chansons ou un prochain album ?

Jon Elmaleh : Je ne suis pas encore sûr ! J’ai beaucoup écrit ces derniers temps, et j’espère que nous pourrons retourner en studio le plus tôt possible !

MU : En conclusion, qu’espérez-vous que vos auditeurs retiennent de « Dear God » après l’avoir écouté ?

Jon Elmaleh : J’espère que les gens l’aimeront assez pour que nous puissions les investir jusqu’à notre prochain projet !

MU: Merci pour votre temps ! Si vous avez un dernier message pour nos lecteurs, c’est à vous !

Jon Elmaleh : J’espère vous voir à un concert !


🎧 Écoute/Stream « Dear God »: https://www.napoleontoronto.com/

Napoleon est:
Jon Elmaleh – Chant / Guitare
Tom Whyte – Guitare
Camilo Martinez – Basse
Eitan Garazi – Batterie

Site // Facebook // Instagram // Spotify // Apple Music


ENGLISH version

In anticipation of the release of their new EP entitled “Dear God”, our journalist Marc Desgagné (MetalUniverse.net) conducted an interview with young Toronto post-hardcore outfit NAPOLEON. With an energy that’s sure to please hardcore fans, we chatted with Jon Elmaleh (vocals, guitar) and Eitan Garazi (drums) about everything surrounding this new offering, the Toronto scene and what’s next for them.

MU: Your latest EP, « Dear God, » is described as much darker than your previous effort, « Enemy Within, » both musically and lyrically.

Can you tell us more about the evolution of your sound and lyrics for this EP? How would you describe the evolution of your sound, transitioning from hard rock influences to a more post-hardcore/metalcore sound?

Jon Elmaleh: Up until this point, our two most successful songs have been “I Better Run” and “Fullsize Problem.” They are our two highest streamed songs, and definitely get the biggest reactions when we play them live, they also up until this point, were our two heaviest songs, leaning the most into my post-hardcore/metalcore influences, as we toured over the last couple of years it became clearer and clearer to us that this is really what we excel at, we’ve even been beefing up some of the older songs when we play them live now, so this was a conscious decision. Lyrically, I really wanted to make it something unique, and meaningful, lyrics that stand for something. We’ve had “Help Me” in the set for most of the touring we did last year even though it wasn’t released, and it’s the only time I have ever actually talked about what the lyrics mean and what the song is about on stage, and it was interesting to see how people responded. I remember at a show last October specifically, someone came up to me after the set while I was selling merch, and told me that they thought the lyrics were really powerful, without getting into too much detail they told me they came from a very religious family, and they felt that they couldn’t really be themselves without the fear of being viewed as a fake believer in their community, and it was ruining their relationship with their family, and since the song hadn’t been released yet, they asked if I could send them the lyrics. It was a cool experience cause I never really considered the impact that having such heavy lyrics could have on the listener, and I guess for them it was a positive one, which is really awesome

Eitan Garazi: We have definitely applied a heavier sound to our music compared to the start of our band. In the beginning we drew a lot of influence from artists we admire, like Billy Talent and Rage Against the Machine. As we have been writing and performing more, we have drawn a lot more attention to a heavier sound which has inspired us to look to new musical influences like Alexisonfire, Silverstein, and Slipknot. This new sound has allowed us to work with our strengths and given us an opportunity to get deeper and more personal than ever with our lyrics.

MU: « Dear God » explores the theme of faith, or rather, the lack thereof, both in God and in oneself. How did this theme develop in your songwriting process?

Jon Elmaleh: “Help Me” was the first song I wrote like that, it’s actually a true story about someone I know who was close to my family. It’s funny, I always used to make sure that our lyrics weren’t saying anything that might be viewed as controversial or anything, and while I understand that there are some people out there who may not like what I have to say in these songs, there probably are also a lot of people who are going to resonate with it more than anything I’ve ever sang about before. I remember when recording the vocals for “Lord and Saviour” I told our manager Scott that I was concerned that we may be turning people away with a bit of a more aggressive message than Napoleon has ever had, and he told me “a band that stands for nothing is not worth listening to” and I agreed, none of my favorite bands have ever been shy about their beliefs, so why should I be about mine

MU: Among the songs on « Dear God, » is there one in particular that resonates most with you personally? Why?

Jon Elmaleh: “Help Me” is my favorite Napoleon song ever, the song is very close to me, again, it does tell a true story about someone who I have known since I was maybe 8 or 9 years old. I’m very proud of that song.

Eitan Garazi: “Help Me” has been my favourite song off the new EP I would say. It is my favourite song to play live. I connect really well with the rest of the band while playing this song because we each put incredible amounts of emotion into it whenever we play it. I think we all relate to it in some way or another.

MU: The track « Help Me » tells the story of a man who chose to dedicate his life to serving God at the expense of having a family, friends, or life outside religion. What message do you wish to convey with this song?

Jon Elmaleh: I come from a religious family, but I don’t personally believe in God, and I haven’t for a long time. What I’ve noticed is there are certain religious people out there, who like to use their religion as a means to be a bad person, they’ll be homophobic, racist, etc. and say it’s in the name of God cause that’s what is written in the bible. Similarly, I’ve also found lots of religious people tend to look down on people who do not share the same sets of beliefs that they do, and even if they do, but choose to worship in a different way, they are also disrespected. I think it’s important for me to make the distinction that I am in no way against people who are religious, I think it is important to respect people as well as their beliefs, what I am against, is when they are not able to make that respect mutual.

MU: « Lord and Savior » raises the question of why terrible things still happen in our world if God is so great and good. How has this question influenced your own view of faith and the world?

Jon Elmaleh: This was sort of the catalyst to me coming to the conclusion that I don’t believe in God. I remember very vividly learning about World War II and the holocaust when I was in middle school, and how some of the Jewish people would write things like “it’s okay because they know God is with them” and things like that (and obviously I’m not judging how they were coping with the circumstances) and I also remember hearing from a teacher that “while the holocaust was a horrible thing, God had a plan” and I just couldn’t buy into that. If God is so real, and is so great, why does God sit around and allow something so horrific to happen. I can’t buy it.

MU: Both « Heartless » and « If I Go » deal with themes of self-doubt, from a religious and internal standpoint. Why was it important for you to explore these themes in this EP?

Jon Elmaleh: This kind of connects to the last question for me, again growing up in a religious family (and going to a religious school) and losing your faith at an early age comes along with a fair share of judgment from the people around you. At certain points in my life when growing up, I really did question if there was something wrong with me for not being a believer, everyone around me seemed to have found peace with their religion and I felt like I was just kinda the only one who didn’t buy it, and that automatically meant that something was wrong with me

Eitan Garazi: I have always been raised around religion and people around me being religious. While I do appreciate a lot of the values religion can have, I do not like all the rules and regulations on what you can and cannot do. Certain things such as not being able to eat meat and cheese while keeping kosher just never made sense to me. I feel like religion just picks and chooses what is a sin and what isn’t even when some of it doesn’t make any sense. For that reason I decided not to be religious and live my life how I see it.

MU: You’re described as a band that delivers a highly energetic live experience. What makes your stage performances so special?

Jon Elmaleh: We really pride ourselves on giving it our all, no matter what, whether we’re playing to 10, 100 or 1000 people, we play the same, we try to get the people watching involved and get them to move around. We also play completely live, no click, no tracks (no shade to bands that have those things, it’s just not us) and it seems like more and more bands are moving away from that, so that rawness is harder to find

MU: In your opinion, what is the biggest difference between the energy you emit on stage and what is captured in your studio recordings?

Jon Elmaleh: I feel like when we play live, because we’re a young and relatively new band, we have lots to prove, and we know that, so we play accordingly, we really strive to prove that are a band that is worth your attention, and for however long our set is, we try to earn it.

MU: What is the most rewarding aspect of creating « Dear God » for you as artists?

Jon Elmaleh: Making this EP was tough for the band to be honest, we went through some major line up changes right as we were getting ready to start recording, and through most of the process it was only Eitan and myself in the band, there were definitely points there where I doubted whether or not Napoleon would continue on. We finished recording the instrumentals about a year ago now, and it’s crazy to see how from that point we are now at the highest we’ve ever been. I really believe that the current version of Napoleon is the best version of Napoleon.

MU: As a band based in Toronto, how has the city and its music scene influenced your music and journey as a band?

Jon Elmaleh: There are lots of great bands from Toronto and the GTA in general, a lot of my favorite bigger bands, like Billy Talent, Alexisonfire, PUP, Counterparts, METZ, The Flatliners, etc. are all from Toronto and the surrounding cities, and there are is no shortage of local bands too, quick shout out to Conversation, Jenafur, and The Fractured who are all playing the “Dear God” release show on June 27, and are all Toronto based. There is no shortage of inspiration where we are from!

MU: What are your future plans after the release of « Dear God »? Do you already have ideas for new songs or a next album?

Jon Elmaleh: Not really sure yet! I’ve been writing lots lately, and I hope we can get back in the studio sooner rather than later!

MU: In conclusion, what do you hope your listeners take away from « Dear God » after listening to it?

Jon Elmaleh: I hope people like it enough that we are able to keep them invested until whatever our next project is!

MU:Thanks for your time! If you have a final message for our readers, it’s your turn!

Jon Elmaleh: Hope to see ya at a show!

Marc Desgagné

Marc Desgagné

Propriétaire MetalUniverse.net | Originaire du Saguenay | Ville actuelle, Québec (Canada)

Publications récentes

Dans la même catégorie

Mots-Clés

Nous Suivre