Down The Lees – Entrevue avec Laura Lee Schultz à propos du EP « Dirt »

Originaire de Vancouver, DOWN THE LEES propose une musique combinant post-rock, slowcore et no-wave. Une musique intense, planante et variée! Notre journaliste Marc Desgagné, MetalUniverse.net, a réalisé une entrevue dernièrement avec l’instigatrice du groupe Laura Lee Schultz. Il est question de nombreux sujets, dont la sortie de leur plus récent EP intitulé « Dirt » le 3 mai 2024 sur toutes les plateformes numériques.

ENGLISH version follows ]

MU : Pouvez-vous nous parler de l’évolution de Down the Lees, de ses débuts en tant que projet solo à sa formation en tant que groupe à part entière ?

Laura Lee Schultz: Oui. Cela a commencé comme un projet d’enregistrement qui m’a permis d’expérimenter la possibilité d’écrire, de jouer et d’enregistrer tous les instruments sur un album. Un peu comme Dave Grohl sur le premier album des Foo Fighters. Je voulais me prouver que je pouvais le faire puisque je peux jouer de nombreux instruments. C’était donc le premier album. Pour le deuxième album, j’ai invité des musiciens à jouer avec moi, car mon style commençait à varier. Lorsque j’ai déménagé en Belgique pour y vivre et y travailler, j’ai eu envie de recommencer à jouer en public. J’ai trouvé Kwinten (basse) et Jonathan (batterie) qui m’ont aidé à enregistrer le troisième album que nous avons commencé à tourner avant la pandémie. De retour dans mon pays natal, le Canada, plusieurs années et défis plus tard, j’ai trouvé Chris (basse) et Andy (batterie) pour m’aider à conceptualiser le dernier EP Dirt, qui est mûr avec des thèmes émotifs et une esthétique qui sonne très live.

MU : Comment décrirais-tu ton style musical et quelles sont tes principales influences ?

LL : Lors d’un concert récent, un fan est venu me voir et m’a dit : « Je dirais que vous êtes du rock alternatif avec des éclats de métal ». Je suis d’accord. Mais aussi du noise rock, du slowcore, du post-hardcore, du shoegaze et du grunge. J’aime jouer avec différents sons et genres. Nous n’avons pas vraiment de place nulle part. C’est à la fois une bénédiction et une malédiction. L’industrie musicale vous encourage à vous démarquer, mais pas trop, car elle ne sait pas dans quelle case vous ranger.

MU : Votre dernier EP, DIRT, a été produit par Jesse Gander de Raincity Recorders. Peux-tu nous en dire plus sur le processus de création de cet EP ?

LL : Je connais Jesse depuis plus de 20 ans. Le premier album que nous avons enregistré ensemble était pour un groupe qui s’appelait New Years Resolution. Aujourd’hui, c’est un producteur très demandé, avec une liste impressionnante de groupes (ANCIIENTS, Comeback Kid, 3 Inches of Blood et, bien sûr, Brutus). Je savais qu’il était le bon producteur avec qui travailler pour cette nouvelle phase de Down The Lees. Certaines chansons ont vu le jour en Belgique, alors que la pandémie faisait rage, tandis que d’autres ont pris forme au Canada, alors que j’essayais de prendre mes marques. En général, j’apporte une idée – parfois entièrement réalisée, parfois juste un riff – au groupe et nous la travaillons ensemble. Une fois toutes les chansons prêtes, nous sommes allés à Vancouver (nous vivons dans la vallée de l’Okanagan) et nous avons passé cinq jours avec Jesse. Dès que nous avons entendu Douse, nous avons su que nous tenions quelque chose de spécial.

MU : DIRT ; semble offrir une gamme variée de sons et d’ambiances. Quelles étaient vos intentions artistiques lorsque vous avez travaillé sur cet EP ?

LL : J’ai tendance à écrire de la musique émotive, qui exprime une émotion sans dire un mot. C’est ce qui déclenche une chanson pour moi. Le sentiment qu’elle évoque. Je laisse la musique me guider. Parfois j’ai besoin d’énergie, parfois j’ai besoin de me morfondre.

MU : L’EP comporte des titres comme Dirt, Douse et Deafening, qui semblent explorer différentes nuances émotionnelles et stylistiques. qui semblent explorer différentes nuances émotionnelles et stylistiques. Qu’est-ce qui inspire généralement vos paroles et votre musique ?

LL : Les gens ont dit que cet album était chargé d’émotions. Et ils ont raison. Il y a beaucoup de raisons d’être anxieux, triste, déprimé et en colère de nos jours. Les catastrophes climatiques, la douleur auto-infligée, le syndrome de l’imposteur, etc. C’est le chemin que j’ai parcouru ces dernières années, depuis que la pandémie a mis un terme à tout.

MU : Vous avez travaillé avec des producteurs renommés comme Jesse Gander et Steve Albini. Comment ces collaborations ont-elles influencé votre approche créative et le son de votre album ?

LL : Jesse Gander nous a aidés à façonner notre son pour en faire quelque chose de grand, de rond et de plein de vie. J’ai confiance en ses capacités et c’est probablement l’homme le plus gentil que je connaisse. Nous avons joué dans les mêmes cercles à Vancouver quand il était dans DBS et moi dans Queazy. J’ai hâte de voir ce que nous pourrons faire ensemble à l’avenir. J’adore ce type !

J’ai toujours rêvé de travailler avec Steve Albini. Nous avons enregistré Bury The Sun avec lui à Electrical Audio en 2019. J’admirais son esthétique, son respect pour l’artisanat de l’enregistrement analogique et son attitude sans connerie. Et son insistance à capturer un groupe tel qu’il est. Ce qui était exactement ce que je voulais faire. Nous devions enregistrer nos chansons. L’enregistrement sur bande est difficile et exige que vous connaissiez votre métier. Cela m’a poussé à devenir une meilleure musicienne tout en ayant confiance en mes capacités. Ce fut une expérience extraordinaire. J’ai été choqué d’apprendre son décès prématuré. C’est une très grande perte. Il laisse derrière lui un héritage massif d’albums influents.

MU : Vous avez récemment ajouté des membres à votre groupe, avec Chris Carlson à la basse et Andy Ashley à la batterie. Comment cette nouvelle dynamique a-t-elle influencé votre processus créatif et vos concerts ?

LL : J’ai trouvé de l’or avec eux. Sérieusement. Leur musicalité est excellente et me pousse à devenir une meilleure musicienne. Nous nous complétons bien, nous venons de scènes musicales similaires et nous savons comment nous parler lorsque nous essayons d’expliquer ce que nous voulons. Et en concert, eh bien, c’est une véritable explosion. C’est toujours très agréable d’entendre la foule nous répondre avec autant d’enthousiasme.

MU : Avec la pandémie mondiale, de nombreux artistes ont dû repenser leur façon de créer et d’entrer en contact avec leur public. Comment Down the Lees a-t-il relevé ce défi et quels sont vos projets pour l’avenir ?

LL : Il m’a fallu des années pour comprendre. Et j’essaie toujours de le faire. Je pense qu’écrire quelque chose de vrai et de vulnérable sera toujours relatable. Surtout de nos jours. C’est ainsi que je me connecte à notre public. Et je continuerai à écrire de cette manière.

MU : Quels sont les thèmes ou messages récurrents que vous souhaitez faire passer à travers votre musique ? Peux-tu nous donner quelques exemples tirés de l’EP DIRT ?

LL : J’ai tendance à écrire en réfléchissant à ce qui se passe dans la société. L’album Bury The Sun abordait des thèmes tels que les fusillades dans les écoles, le changement climatique, le racisme, la guerre et l’homophobie, pour n’en citer que quelques-uns. Avec DIRT, nous abordons des sujets tels que le suicide, le désastre climatique, le syndrome de l’imposteur et l’âgisme.

MU : Quel a été votre plus grand défi et votre plus grande fierté à ce jour ?

LL : Mon plus grand défi a été de survivre à la pandémie en tant qu’artiste. J’étais prêt à raccrocher les cordes de ma guitare. C’était une période tellement difficile et effrayante. J’ai quitté la Belgique pour revenir au Canada et j’ai essayé de retrouver ma confiance en moi. Au départ, la chanson Dead and Over devait être mon chant du cygne. J’étais prêt à jeter l’éponge. Mais au lieu de cela, elle a allumé la flamme en moi. Ma plus grande fierté serait donc de ne pas avoir abandonné.

MU : Quelles sont les prochaines étapes pour Down the Lees ? Avez-vous des projets de tournée ou de nouveaux enregistrements à venir ?

LL : Nous travaillons sur de nouveaux morceaux cette année et nous prévoyons de partir en tournée en Europe l’année prochaine. Nous verrons bien.

MU : Merci pour votre temps ! Dernière question, as-tu un dernier message pour nos lecteurs ?

LL : N’abandonnez jamais.


🎧 Écoute/Stream/Commande « Dirt »: https://li.sten.to/dtl-dirt

Facebook: https://www.facebook.com/downthelees
Instagram: https://www.instagram.com/downthelees/
Infos: https://linktr.ee/downthelees

Playlist EP « Dirt »:


ENGLISH version

From Vancouver, DOWN THE LEES‘ music combines post-rock, slowcore and no-wave. Intense, soaring and varied! Our journalist Marc Desgagné, MetalUniverse.net, recently conducted an interview with band instigator Laura Lee Schultz. We talked about a number of topics, including the release of their latest EP, « Dirt », on May 3, 2024 on all digital platforms.

MU: Can you tell us about the evolution of Down the Lees from its beginnings as a solo project to its formation as a full band?

LL: Yes. It started as a recording project that was a way for me to experiment with being able to write, perform and record all the instruments on an album. Kind of like Dave Grohl on the first Foo Fighters album. I wanted to prove to myself that I could do it since I can play many instruments. So that was the first album. The second album I invited guest musicians to play with me as my style started to vary. Once I moved to Belgium to live and work, that is when the bug hit me to start performing live again. I found Kwinten (bass) and Jonathan (drums) who helped me record the 3rd album which we started touring before the pandemic. Back in my homeland of Canada, many years and challenges later, I found Chris (bass) and Andy (drums) to help me conceptualize the latest EP Dirt, which is ripe with emotive themes and a very live sounding aesthetic.

MU: How would you describe your musical style and what are your main influences?

LL: A fan came up to me at a show recently and said “I would say that you are Alternative Rock with shards of metal.” I’d have to agree. But also, noise rock, slowcore, post-hardcore and shoegaze and grunge. I like to play with different sounds and genres. We don’t really fit anywhere. Which is a blessing and curse. The music industry encourages you to stand out, but not too much because they don’t know what box to put you in.

MU: Your latest EP, DIRT, was produced by Jesse Gander of Raincity Recorders. Can you tell us more about the process of creating this EP?

LL: I’ve known Jesse for over 20 years. The first album he and I recorded together was for a band called New Years Resolution. Now, he’s a very sought after producer with an impressive roster of bands (ANCIIENTS, Comeback Kid, 3 Inches of Blood and of course, Brutus). I knew he was the right producer to work with for this next phase of Down The Lees. Some of the songs started in Belgium as the pandemic reared its ugly head, while some took shape in Canada while I was trying to get my footing. Typically, I bring an idea – sometimes fully realized – sometimes just a riff, to the band and we work it out together. Once we had all the songs ready, we headed to Vancouver (we live in the Okanagan Valley) and holed up with Jesse for 5 days. As soon as we heard Douse, we knew we had something special.

MU: DIRT; seems to offer a diverse range of sounds and moods. What were your artistic intentions when working on this EP?

LL: I tend to write music that is emotive, that expresses an emotion without saying a word. That is what sparks a song for me. The feeling it evokes. I let the music guide me. Sometimes I need energy, sometimes I need to wallow.

MU: The EP features tracks such as Dirt, Douse, and Deafening, which seem to explore different emotional and stylistic nuances. What generally inspires your lyrics and music?

LL: People have said this album is fraught with emotion. And they are right. There is a lot to be anxious, sad, depressed and mad about these days. Climate disasters, self-inflicted pain, imposter syndrome, and others. It has been my journey in the last few years since the pandemic slammed the breaks on everything.

MU: You’ve worked with renowned producers like Jesse Gander and Steve Albini. How have these collaborations influenced your creative approach and the sound of your music?

LL: Jesse Gander has helped us shape our sound to something that is big, rounded and full of life. I trust his abilities and he is probably the sweetest guy I know. We also played around the same circles in Vancouver when he was in DBS and I was in Queazy. I’m so excited to see what we can do together in the future. Love that guy!

Steve Albini was always a dream of mine to work with. We recorded Bury The Sun with him at Electrical Audio in 2019. I admired his aesthetic, his respect for the craft of analog recording and no bullshit attitude. And the insistence to capture a band as the band is. Which was exactly what I wanted to do. We had to have our songs down. Recording to tape is difficult and requires that you know your craft. It challenged me to be a better musician and be confident in my abilities at the same time. It was such an amazing experience. Quite shocking to hear of his untimely passing. A very big loss. He leaves a massive legacy of influential albums behind him.

MU: You’ve recently added members to your line-up, with Chris Carlson on bass and Andy Ashley on drums. How has this new dynamic influenced your creative process and live performances?

LL: I found gold with these guys. Seriously. Their musicianship is so excellent and also challenges me to be a better musician. We complement each other nicely and we also come from similar music scenes and know how to talk to each other when trying to explain what we want. And live, well – powerhouse. It always feels so good to hear the crowd respond to us with such excitement.

MU: With the global pandemic, many artists have had to rethink the way they create and connect with their audiences. How has Down the Lees risen to this challenge, and what plans do you have for the future?

LL: It is taking me years to figure this out. And I’m still trying to figure this out. I think writing something that is true and vulnerable will always be relatable. Especially nowadays. That’s how I connect with our audience. And will continue writing that way.

MU: What recurring themes or messages do you want to convey through your music? Can you give us some examples from the DIRT EP?

LL: I tend to write as a reflection on what is happening in society. The album Bury The Sun had themes such as school shootings, climate change, racism, war and homophobia, to name a few. With DIRT, we touch on topics such as suicide, climate disaster, imposter sydrome and ageism.

MU: What has been your greatest challenge and prides to date?

LL: My biggest challenge was surviving the pandemic as an artist. I was ready to hang up my guitar strings. It was such a challenging and scary time. Moving from Belgium back to Canada, trying to muster my self-worth. Initially, the Dead and Over song was supposed to be my swan song. I was ready to hand my towel. But instead, it ignited the flame within me. So my biggest pride would be that I didn’t give up.

MU: What are the next steps for Down the Lees? Do you have any touring plans or new recordings to come? New songs already written?

LL: We are working on new material this year and planning to venture out further with touring Europe next year. We’ll see.

MU: Thanks for your time! Last question, do you have any final message for our readers?

LL: Never give up.

Marc Desgagné

Marc Desgagné

Propriétaire MetalUniverse.net | Originaire du Saguenay | Ville actuelle, Québec (Canada)

Publications récentes

Dans la même catégorie

Mots-Clés

Nous Suivre