Ozzy Osbourne discute de son état de santé et de son retour sur scène prévu pour le mois de mai 2023

Nous sommes le 25 décembre, c’est Noël, alors pourquoi ne pas prendre des nouvelles du Prince des Ténèbres OZZY OSBOURNE, qui a lancé son plus récent album « Patient Number 9 » cette année ? À son âge et avec sa santé, on ne sait jamais trop à quoi s’en tenir. Ces dernières années n’ont pas été faciles pour OSBOURNE, avec de nombreux problèmes de santé, notamment une opération du cou et une bataille publique contre la maladie de Parkinson. Mais comme il me l’a dit, étant sobre, il se sent bien et est déterminé à remonter sur scène, avec une date butoir qu’il s’est lui-même fixée, à savoir mai 2023.

Lors d’un récent entretien avec Forbes, » Patient Number 9 « . il a été question de sa collaboration avec Beck, Eric Clapton et le regretté Taylor Hawkins sur l’album, sa santé et pourquoi il s’associe à la plateforme de collecte de fonds Omaze pour offrir une Dodge Demon personnalisée au profit de Save The Music.

Ayant fêté ses 74 ans le 3 décembre, trois jours avant cet entrevue au téléphone, OZZY OSBOURNE s’est senti plutôt philosophe et réfléchi.

« Il y a trois jours, j’ai eu 74 ans et je ne sais pas, pour l’amour de Dieu, comment j’ai pu atteindre cet âge. [Mais je suis heureux de l’avoir fait », déclare Osbourne.


Entrevue du journaliste Steve Baltin avec OZZY OSBOURNE au début du mois de décembre :

Steve Baltin : Comment vous sentez-vous ?

Ozzy Osbourne : J’y arrive. Je ne sais pas si vous connaissez ça. Ils vous mettent ces jambes bioniques et vous mettent dans un ordinateur. C’est un peu comme dans ce film Alien, avec Sigourney Weaver, et elle trouve l’alien.

Baltin : Nous avons parlé au début du lockdown et parce que vous aviez subi une opération du cou un an plus tôt, vous étiez déjà très impatient de reprendre la tournée.

Osbourne : Je sais, mais à l’époque je me disais : « Personne ne pouvait travailler, alors au moins je ne suis pas tout seul. » Je ne pouvais pas travailler, personne d’autre non plus. Alors je me suis dit : « Je vais récupérer avant la tournée, ça va aller. » Mais je souffre encore maintenant. Pas autant qu’avant, en tout cas. Mais j’ai ce truc où ils te mettent ces trucs aux jambes, des bioniques, et tu fais quelques exercices et ça corrige ta marche. Parce que le problème que j’avais, c’était l’équilibre et la stabilité. Quand ils ont coupé mon cou, ils ont coupé les nerfs. Ce truc bionique qu’ils font reprogramme votre cerveau pour que vous puissiez mieux marcher.

Baltin : C’est fou les progrès médicaux qu’ils ont maintenant.

Osbourne : C’est une putain de science maintenant. À un moment donné, je me suis dit : « Je suppose que ça y est ». Et je me levais le matin et je ne faisais rien, donc je n’avais rien à faire le matin et dans la journée. Mais maintenant, je m’entraîne avec ces nouveaux appareils, je m’avère être bien et je meurs d’envie de remonter sur scène.

Baltin : Et évidemment, vous avez eu quatre nominations aux Grammy Awards, donc quand vous remonterez sur scène en 2023, il y aura beaucoup d’excitation pour le patient numéro 9.

Osbourne : En travaillant avec Andrew Watt, nous l’avons fait. Parce que d’habitude, je me torture et je torture tout le monde autour de moi quand je fais un putain de disque. J’ai du mal à transmettre mes idées aux gens avec qui je travaille. Je ne joue pas d’instrument, alors je dois essayer d’expliquer ce que je veux. Mais pour cet album avec Andrew Watt, j’ai simplement fait quelques suggestions, j’ai travaillé sur les mélodies, et ça s’est fait si facilement. Andrew a dit : « On va travailler dessus pendant longtemps. » Mais on ne travaillait pas vraiment longtemps dessus. Nous l’avons fait de manière tellement détendue.

Baltin : Pensez-vous que la réponse a été si bonne parce que vous étiez détendu et que vous avez pris du plaisir à faire cet album ?

Osbourne : D’habitude, je suis très difficile à vivre. C’est comme si j’accouchais. Mais avec Ordinary Man et cet album, j’ai juste fait ce qu’il m’a demandé de faire, j’ai travaillé sur quelques idées. Nous aurions pu nous torturer, moi, ma femme et tout le monde dans cette putain de maison. Ça s’est fait si facilement. Nous avons sorti le premier titre radio et la chanson titre était [juste] là.

Baltin : Votre approche de l’album était-elle différente mentalement parce que vous aviez subi une opération du cou ?

Osbourne : Le truc, c’est que la musique, pour moi, est le seul acte que j’ai vraiment dans ma vie. C’est vraiment difficile à expliquer, car je n’ai pas consacré beaucoup de temps à la musique. Personne ne travaillait, je n’avais pas de date limite. D’habitude, j’ai tellement de temps pour finir ce putain d’album avant de partir en tournée. Mais je n’ai pas eu ce temps avec les deux derniers albums que j’ai fait avec Andrew Watt. Je ne peux pas insister sur le fait que c’était sans effort. On pouvait toujours se détendre et je n’avais pas cette idée de « je dois le finir avant une certaine heure ». D’habitude, quand on fait un disque, on prévoit sa sortie, on organise une tournée autour, c’est un gros truc. Mais comme personne ne pouvait travailler, je me suis dit : « Je vais faire preuve de créativité. » Et le disque est arrivé comme ça.

Baltin : Alors, à quel point la réponse et les nominations aux Grammy ont-elles été gratifiantes ?

Osbourne : Hier encore, je l’ai remis sur le marché. Les musiciens que j’ai fait jouer sur l’album – Jeff Beck, Eric Clapton, Taylor Hawkins, il est aussi sur l’album. Il est venu au studio et c’était un gars très gentil. C’était triste quand il est mort. Je disais récemment à ma femme : « Je ne bois plus d’alcool, je ne fume plus de tabac, je ne prends plus de drogues dures, je ne reste pas dehors tard ». Donc je ne fais rien et j’aime bien la façon dont je me sens. J’avais l’habitude de penser, « Tu dois avoir quelques verres en toi. Comment peux-tu créer quelque chose si ton esprit ne fonctionne pas ? » J’avais l’habitude de penser que c’était de la nourriture pour ta créativité. C’est des conneries, c’est ce que les drogués et les alcooliques [disent]. La vie n’est pas mauvaise. Il y a trois jours, j’ai eu 74 ans et je ne sais pas comment j’ai fait pour arriver à 74 ans. [Mais je suis heureux de l’avoir fait.

Baltin : Votre santé s’améliore-t-elle avec l’âge ?

Osbourne : Vous savez, je suis un grand fan des Beatles. Je regardais un truc sur le moment où ils ont quitté la route, où ils ont arrêté les tournées. C’est sur la route que tout se passe pour moi. Certains soirs, je suis bien, d’autres moins bien. Je m’améliore peu à peu et je me fiche de devoir ramper sur la scène, je vais y retourner très bientôt. La date que je mets dans les livres est le mois de mai de l’année prochaine. Je vais me rétablir d’ici mai. Il faut que je me fixe une date.

Baltin : Parlez-nous de ce que vous faites avec Omaze et Save The Music.

Osbourne : J’essaie toujours de donner en retour. Avec la position que j’occupe dans le business, nous avons tous une putain de chance d’être dans la position où nous sommes. Cette industrie a été très bonne pour moi. J’aime être Ozzy Osbourne. Bien sûr, j’essaie de donner en retour.

🎧 Écoute / Stream / Commande « Patient Number 9 » : https://ozzyosbourne.lnk.to/PatientNumber9

https://www.facebook.com/ozzyosbourne

Laisser un commentaire

Marc Desgagné

Marc Desgagné

Publications récentes

Dans la même catégorie

Mots-Clés

Nous Suivre