Atreyu explore les hauts et les bas de la vie sur son nouveau EP « The Hope of a Spark »

Le groupe metalcore américain ATREYU vient de sortir son nouveau EP The Hope of a Spark via Spinefarm. Le 4 titres incarne tout ce que le groupe est devenu, ce qu’il signifie, ce qu’il représente, marquant le début du prochain chapitre de l’histoire du groupe, avec les différentes pièces d’un vaste puzzle qui continue à prendre forme, à se former et à se concentrer. Le EP est disponible sur différents formats et en format numérique via le lien au-dessus de la vidéo.

Produite par John Feldmann, collaborateur de longue date, la nouvelle musique explore la réflexion et la rumination sur les pressions, les plaisirs et les douleurs de la vie moderne, chaque morceau représentant un instantané d’expériences profondément personnelles, vécues et partagées.

« Le concept global concerne essentiellement les saisons de la vie », explique Brandon Saller, le leader du groupe. « Tout le monde passe par les mêmes choses, les hauts et les bas de la vie. L’accent est mis sur l’importance d’au moins les respecter et de trouver les points positifs et les leçons à tirer des moments les plus bas. »

Le récent single « Watch Me Burn » est le phénix de l’EP qui se relève de l’épreuve du feu de la vie, un appel aux armes pour que l’espoir renaisse des braises et des cendres fumantes. « Pour moi, c’est une chanson sur la purification par le feu », explique le bassiste Porter McKnight. « Quoi que ce soit qui vous abatte et vous retient, brûlez-le. Utilisez-le, tirez-en des leçons, allez de l’avant et grandissez. Cette chose ne te mérite pas et tu ne la mérites pas ».

🎧 Écoute/Stream: https://atreyu.lnk.to/TheHopeOfASparkID

Cette chanson est très proche de chacun d’entre nous », ajoute Saller, qui mène le refrain hymnique et accrocheur de la chanson avec un cri de défi : « Même quand les flammes deviennent plus hautes / Je me battrai jusqu’à ce que je sois mort ». « Mais c’est aussi incroyablement pertinent pour le parcours de ce groupe.

À propos du EP:

Le premier titre de l’EP, « Drowning », a été écrit dans le cadre d’un effort collectif de chaque membre du groupe qui a fait part de ses propres expériences, qu’il s’agisse des problèmes de santé familiaux du guitariste Dan Jacobs, des premières rencontres de Saller avec des sentiments d’anxiété ou de la lutte de longue date du bassiste Porter McKnight contre la dépression. Le deuxième morceau, « God Devil », déplore une perte d’identité, de soi et de foi, un appel désespéré à l’aide d’une puissance supérieure, alors que notre plus grande puissance est celle que nous devons trouver en nous-mêmes, après « Capital F », qui a été inspiré par les observations de Saller sur la détresse humaine.

« Ces chansons sont le point culminant de tous nos efforts artistiques », affirme McKnight. « C’est tout ce que nous avons appris en tant qu’humains, tout ce que nous avons ingéré en tant que musiciens, et tout ce que nous avons vécu au cours de cette vie. C’est ATREYU déchaîné ».

« Tout ce que nous avons sorti jusqu’à présent nous a conduits à ce moment », a déclaré Jacobs. « Quelque chose de spécial se passe avec ATREYU en ce moment. Nous pouvons sentir la créativité et la collaboration lorsque nous sommes tous les cinq en studio. Nous pouvons sentir la confiance que nous nous donnons les uns aux autres lorsque nous montons sur scène ensemble. Et nous pouvons le voir dans le public lorsqu’il perd la tête. Ils s’amusent autant que nous ».

« Il semble que le monde ait rattrapé la diversité des influences et des sons que nous avons mis dans ATREYU depuis un certain temps déjà », déclare Saller. « Il n’y a pas de limites, pas de barrières.

Site // Instagram // Twitter // Facebook // YouTube

Laisser un commentaire

Picture of Marc Desgagné

Marc Desgagné

Propriétaire MetalUniverse.net | Originaire du Saguenay | Ville actuelle, Québec (Canada)

Publications récentes

Article au Hasard

Mots-Clés

Nous Suivre