Behemoth – Selon Nergal, 99% des albums metal de nos jours sonnent « robotiques » et tentent trop de viser la perfection absolue

Après avoir sorti leur 12e album intitulé « »Opvs Contra Natvram » au mois de septembre dernier, Adam « Nergal » Darski de la formation metal extrême BEHEMOTH était entrevue récemment avec le magazine australien Heavy. Nergal a évoqué plusieurs sujets, dont l’importance d’un son très organique sur leur dernier album, contrairement à celui de 2018 « I Loved You At Your Darkest ».

À ce sujet, Nergal mentionne : « Chaque groupe de nos jours, vous parlez à chaque groupe, et chaque groupe – littéralement – groupe de heavy metal, thrash, death, peu importe, dit : ‘Oh, nous avons réussi à obtenir ce son organique.’ Et puis je vais écouter ces disques et je me dis : « Il n’y a rien d’organique dans ce disque. 99% des disques sonnent comme des robots. Chaque putain de clic, chaque coup de pied, chaque caisse claire, chaque partie du disque est exactement la même. Ce n’est pas organique. L’organique, c’est quand la musique fluctue, quand il y a de la dynamique, quand elle monte et descend. C’est pourquoi nous avons fait appel à Joe Barresi [pour mixer le LP]. Vous le connaissez pour son travail avec NINE INCH NAILS, QUEENS OF THE STONE AGE, MONSTER MAGNET et beaucoup de groupes de rock. SLIPKNOT… En gros, des groupes de rock, des groupes grand public. Et il fait ce mixage à l’ancienne. Il n’utilise pas Pro Tools. Je veux dire, il utilise Pro Tools, mais quand il a terminé une chanson, il baisse tous les boutons et recommence à zéro. Tu dis : « Hé, mais je voulais faire quelques retouches sur la précédente. « Désolé, c’est fait. Vous devez tout payer à nouveau. Donc [quand] c’est fait, c’est fait. Vous n’allez pas sans cesse corriger cela, ce qui est magnifique. Il y a vingt ou trente ans, on procédait de cette façon. »

Il poursuit : « De nos jours, vous pouvez perfectionner les choses au point de ne plus pouvoir les écouter, parce que la perfection rend les choses ennuyeuses, imparfaites et tout à fait inintéressantes. Le direct, ce n’est pas parfait, c’est pour ça que c’est si excitant. Alors pourquoi faire des choses qui sont aussi polies ? Je ne comprends pas, surtout dans la musique métal extrême. Il faut que ce soit bizarre, il faut que ce soit dangereux. Où est le facteur danger ? Je voulais vraiment ramener le facteur danger dans notre musique. Il était présent, mais c’est peut-être le disque [où] il est le plus présent de tous les temps. »

Sorti en septembre dernier, « Opvs Contra Natvram » a été précédemment décrit dans un communiqué de presse comme « un rappel brutal de la rébellion, de l’individualité et de l’expression de soi sans faille qu’imprègne l’œuvre phénoménale de BEHEMOTH, façonnée par une vision du monde littéraire. »

https://www.behemoth.pl/

https://www.facebook.com/behemoth

Entrevue complète :

Laisser un commentaire

Marc Desgagné

Marc Desgagné

Publications récentes

Dans la même catégorie

Mots-Clés

Nous Suivre