22:10:01 – First Fragment / The Flaying (Québec)

Spectacle: Le 1er Octobre 2022 à l’Anti Bar & Spectacles de Québec
Organisateur: District 7 Production
Compte-rendu: Stéphan Lévesque
Vidéos: Stéphan Lévesque

Par une soirée confortable peu après l’équinoxe de l’automne, FIRST FRAGMENT se produisait avec son Neo-Classical Progressive Shred Death Metal à l’Anti-Bar de Québec. J’ai abusé légèrement le sous-genre, mais ce n’est pas dépourvu de sens non plus. Cette première tournée canadienne depuis plusieurs années appuyait leur dernier album Gloire Éternelle, qui s’est hissé dans mon top 10 tout métal confondu en 2021. Selon moi, c’est un chef d’œuvre mélangeant tous les attributs cités plus haut avec une petite dose de flamenco qui n’est pas sans rappeler les Strunz & Farah, Paco de Lucia, Al Di Meola et John McLaughlin de ce monde. Sans rentrer trop dans les détails de ce dernier opus, je dois avouer qu’il sort des sentiers battus, la basse de Dominic ‘’Forest’’ Lapointe est haute dans le mix et pour cause, puisqu’il a un rôle tout aussi important que les guitares flamboyantes de messieurs Phil Tougas et Nick Miller, David AB au vocal et Nicholas Wells complétant la formation. Bref, une belle bande de « débiles » virtuoses sur leurs instruments respectifs.

Trêve de présentation, le spectacle devait recevoir en première partie Vale of Pnath, qui ont dû déclarer forfait pour la tournée entière à mon grand désarroi. Bref, je ne me presse pas, pensant qu’il n’y aurait pas d’autres groupes, et j’arrive avec mon ami Max, alors que THE FLAYING est sur scène. Je pogne la fin de la performance, ce qui est tout juste pour se mettre dans l’ambiance. Pour le peu que j’ai vu, c’était un Death Métal honnête avec de bons riffs en général et une bonne énergie, de l’interaction avec l’audience pour essayer de nous crinquer un peu. Je ne m’attarderai donc pas sur cette prestation, puique mon échantillon est trop petit, mais plaisant.

FIRST FRAGMENT s’amène alors et ils ne perdent pas de temps en nous garochant Le Serment de Tsion, qui est la première pièce coup de poing de l’album Dasein paru en 2016. C’est la chanson qui m’avait fait tomber en amour avec eux à sa sortie. j’avais été décontenancé par la rapidité des riffs techniques à saveur néo-classique entourée d’un jeu de batterie qui suit sans faille. Beaucoup d’intensité, le son est au rendez-vous, la salle est quasi pleine, les gens sont en admiration, les solos de guit s’enchaînent et boom on l’a dret dans les dents, ce sera malade.

Ensuite, ils nous apportent immédiatement sur Gloire Éternelle avec 3 pièces qui ne laissent personne indifférent. La précision de leur jeu flirte avec la neurochirurgie pédiatrique, la basse fretless de Forest sonne comme jamais, le drummer a du fun comme ce n’est pas possible en jouant ses parties avec une facilité déconcertante. Pendant ce temps, Phil et Nick s’échangent le lead ou bien joue carrément des solos en croisé, en harmonie, ou back to back, de vrais animaux à la dextérité incroyable. Ok, c’est tout une démonstration de prouesses musicales, mais la question qu’on se pose, est-ce bon ou c’est de la branlette de manche interminable que l’on perd intérêt après 5 minutes?

Hey bien c’est ça le pire dans l’histoire, c’est définitivement une sacrée branlette olympienne, mais détrompez-vous, il existe une cohésion dans tout ce charabia de notes qui enflamment nos oreilles. C’est intelligemment composé, merveilleusement rendu et ils trouvent le moyen d’être actif sur scène. Bin oui toi, ce ne sont pas des végétaux qui sont braqués sur leur instrument. Ils s’amusent et bougent comme s’ils jouaient Breaking the Law. On voit qu’on a affaire à de vraies pointures, des professionnels. Vocalement, c’est un peu en retrait et j’apprécie, parce que tu peux entendre encore plus tout le génie des musiciens, alors que David ajoute à l’intensité des morceaux avec son growl en fond de trame sans voler le spotlight. Pour ce type de band, ça me convient bien et ça fit.

🎬 Montage vidéo de quelques extraits de FIRST FRAGMENT du 1er octobre 2022 (près de 5 minutes) :

Vidéos par Stéphan Lévesque | Montage par Marc Desgagné

Nous avons ensuite droit à un segment instrumental, notamment avec la superbe composition L’Entité, suivi d’échange de solos à la basse et à la batterie pour enfin repartir sur un des singles sorti en prélude au dernier album. Il s’agit d’une chanson que j’adore intitulée La Veuve et le Martyr. C’était foutrement jouissif, je ne vais pas m’en cacher, surtout que peu de temps après, ils nous balanceront ma préférée de l’album Dasein, la monumentale Gula. On en avait alors plein la gueule et on ne s’en plaignait pas. Le monde présent semblait dire ; shoot s’en plus que mes tympans explosent et je pourrai ainsi partir sourd et heureux ! C’est alors qu’ils conclurent avec 2 solides prestations de leur premier EP The Afterthought Ecstasy, qui sont la première et la dernière offrande du EP. Ce sont mes 2 chansons favorites et elles consolident la consécration de cette soirée brève, mais combien satisfaisante.

Pour être honnête, j’en aurais pris davantage, surtout qu’il n’y avait que 2 groupes. Cependant, il faut comprendre qu’à la quantité de notes qui s’est joué pendant ce concert, c’est l’équivalent de la discographie complète de bien des bands. Il va s’en dire que tu ne peux pas jouer 2 heures à cette vitesse soir après soir en tournée avec le voyagement, ce sont des humains après tout. Pendant que j’y pense, ce show m’a fait douter sur ce point à certains moments.

Si je pouvais ajouter quelque chose à l’expérience, qui est d’une sublime brutalité, ce serait d’inclure des chansons avec des passes flamenco et qu’ils les jouent sur la guitare classique tel que nous l’entendons sur les enregistrements studio. Je parle de pièces comme Gloire Éternelle, In’El, le deuxième mouvement de Sonata en Mi Mineur et d’autres qui renferment des passes plus courtes dans le même créneau. En show, ça aurait eu un effet écœurant, un magnifique contraste. Je suis conscient que c’est plus facile de le dire que de le concrétiser en terme de préparation, de switch de guitare, ainsi que de devoir traîner tout ce gear supplémentaire, mais ouf… je payerais le double pour voir ça avec une durée de spectacle légèrement plus élevée. Bon, j’ai raté ma carrière de gérant d’artiste.

Je recommande vivement d’aller se faire flatter violemment les conduits auditifs lors du prochain passage de FIRST FRAGMENT. Allez écouter leur dernier album Gloire Éternelle, qui porte bien son nom, parce qu’il représente une entité en soi qui passera le test du temps, j’en suis persuadé. Il existe une profondeur dans ces compositions qui demeurent très organiques malgré leur grande complexité. On y remarque de nouveaux détails, même après une dizaine d’écoutes et ces gars-là nous jouent ça bien proprement dans notre face. en live. pour notre bon plaisir à un prix dérisoire. Quoi demander de mieux ?

Liste des pièces de la soirée :

Le Serment de Tsion
Solus
Soif Brûlante
Pantheum
L’Entité
Bass/drum solo
La Veuve et le Martyr
Sonata en Mi Mineur : Mouvement 1 : Le Miroir de larmes
Gula
Ordnance
Paradoxal Subjugation


https://www.facebook.com/FirstFragment

https://linktr.ee/firstfragment

Marc Desgagné

Marc Desgagné

Publications récentes

Dans la même catégorie

Mots-Clés

Nous Suivre