19:09:12 – Revocation / Psycroptic / Skeletal Remains / Conjurer (Québec)

Spectacle: Le 12 Septembre 2019 à la Source de la Martinière de Québec
Organisateur: District 7 Production
Compte-rendu: Samuel Bédard

Revocation – La Source de la Martinière

Ce soir, District 7 offrait un spectacle d’envergure aux fans de métal de la grande région de Québec. Ce sont plusieurs groupes bien attendus qui faisaient un détour à Limoilou pour s’arrêter à la Source de la Martinière. Et pour l’occasion, la salle était presque comble. En fait, lorsque je suis entré dans le bar, je suis resté bouche-bée; je n’avais jamais vu la Source aussi remplie. Remplie d’un public particulièrement exhaustif à l’intérieur duquel une dizaine de gars ne cessaient de hurler ‘’Yeah’’ à tue-tête pendant les tests de sons. Ça promet.

Je suis arrivé juste à temps pour voir le fils cosmique d’Obituary qu’on appelle Skeletal Remains. Ils sont californiens, mais leur death metal est bel et bien floridien. On y retrouve énormément de sonorités rappelant, justement, Obituary. Le plus frappant, c’est la voix de Chris Monroy qui ressemble à s’y méprendre à celui de John Tardy. Le groupe était bien attendu par la foule québécoise, il y avait une frénésie presqu’inquiétante qui flottait dans le bar. Mais leur style m’a paru assez répétitif et vite redondant. Sans ne rien enlever aux musiciens qui ont donné un excellent spectacle, j’avais hâte qu’ils terminent.

Mais c’est peut-être aussi en lien avec ma hâte incalculable de voir enfin un de mes groupes préférés après quatre ou cinq rendez-vous manqués. C’était visiblement le cas pour plusieurs. L’apogée de la soirée s’est avérée être la trop courte prestation de Psycroptic, qui n’ont joué que sept pièces bien enchaînées (notamment Ob(Servant), qui a créé un chaos indescriptible), pour un total d’environ 40 minutes. J’ai rarement vu un public aussi chaleureux et énergique dans la Source de la Martinière que celui qui se trouvait devant Psycroptic ce soir-là. Qualifiant ses pièces de headbanger et de mosher, Jason Peppiatt dirigeait la foule avant chaque pièce pour créer l’ambiance qui y collerait le plus possible, créant parfois quelques fous rires.

Finalement, pour Revocation, la salle s’était vidée du tiers, tristement. Pourtant, cette formation fait partie de ces groupes de la nouvelle génération de métal qui mêlent brillamment toutes sortes d’influences assez disparates, notamment progressives et jazz à un death metal unique en son genre. Voyons-le comme un concert plus intime. Ils ont commencé leur set en jouant leur dernier album, The Outer Ones, en intégralité. Bien que leurs albums soient à mon avis tous très bons, celui-ci figure parmi mes favoris. Je ne leur en ai pas voulu de l’interpréter du début à la fin. Et heureusement, ils ont fini leur prestation en jouant quelques vieilles pièces. Mais David Davidson n’avait l’air que bien peu enthousiaste de la situation. Au moins, le public présent a apprécié ce qui leur était présenté et a trippé avec Davidson et sa bande.

Marc Desgagné

Marc Desgagné

Publications récentes

Dans la même catégorie

Mots-Clés

Nous Suivre