Recherche MU :
Groupes: 1310
Critiques CD: 2489
Nouvelles: 4031
Entrevues: 129
Critiques en Vrak
Groupe: Judas Priest
Album: Angel of Retribution
C’est au cours de l’été 2003 qu’une nouvelle inattendue frappe la scène du métal. À la plus grande surprise des amateurs, on apprend que le « MetalGod », Rob Halford, fait son retour avec Judas...
Groupe: Nocturnal Rites
Album: Shadowland
Deux ans après la sortie de l’album « Afterlife » qui avait marqué la nouvelle orientation musicale plus thrash pour le groupe, voilà qu’arrive « Shadowland » sur les tablettes de magasin. À la...
# A B C D E F G H I J K L M N O P Q R S T U V W X Y Z
 Groupe: Moonspell
 Album: Memorial (2006)
Note:
8.5/10
Style : Gothic Metal

Compagnie : SPV Records

Format : CD

Liste des pistes :

01. Im Memoriam  
02. Finisterra  
03. Memento Mori  
04. Sons of Earth  
05. Blood Tells  
06. Unpon the Blood of Men  
07. At the Image of Pain  
08. Sanguine  
09. Proliferation  
10. Once it was Ours !  
11. Mare Nostrum  
12. Luna  
13. Best Forgotten  
MU Interactif
Critiques des Membres
Plus d'information
Fiche de l'artiste
Toutes les nouvelles
Toutes les critiques
Tous les compte-rendus
 
 Auteur : Yannick Langlois
 
Nous sommes, ici, en présence selon moi d’un des plus sombres albums de nos amis portugais. Trois années se sont écoulées entre The Andidote et ce nouvel opus. Moonspell nous ont toujours habitué à de forte sensation. C’est un groupe qui crée des ambiances et des moments. Ce dernier cd n’y échappent pas.





Ce qu’on remarque à la première écoute, c’est que Fernando Ribeiro est déchaîné et non messieurs Fernando n’est pas le frère de Mike. Son chant est agressif à croire qu’il ne veut plus nous pousser la chansonnette avec sa belle voix grave à la Peter Steel. La pièce Memento Mori qui est du latin et qui veut dire «Rappels toi que tu mourras un jour» nous démontre la colère de Fernando. Musicalement, on parle de Moonspell, donc c’est sombre parfois rapide, mais rarement voir jamais, de l’hyperblast. C’est ce qui fait que les fans de ce groupe aiment, ils créent des ambiances. Ce n’est pas obligatoire d’être rapide pour être malsain. Vous découvrirez mes dires à travers Blood Tells. De l’orchestration et des chœurs, voici une autre dimension apportée dans ce groupe, pas qu’ils ne l’ont jamais fait, mais bien que c’est toujours placé et mis au bon moment et à juste dose. On se croirait dans une église et que le Diable vient y faire un «speech». Upon the Blood of Men, morceau qui déménage et qui ralentit afin de nous transporter ailleurs.





Côté production, c’est du Moonspell, c’est impeccable. Chaque instrument à sa place, le mixage des instruments est savamment fait. Une chose aussi que j’apprécie fortement chez ces portugais se sont leur paroles. On sent la recherche. On sent la force des mots. Dans At the Image of Pain et dans Sanguine, Fernando nous fait don de sa belle voix grave, quelques instants et nous remontre que même si on chante comme un homme des cavernes, il possible de distinguer les mots à travers ces grognements. À quelques moments de cette rondelle, Moonspell nous interprète des pièces instrumentales très ambiantes, c’est le cas de Sons Of Earth, Proliferation et Mare Nostrum.





Je vous suggère fortement d’écouter Once it was Ours !, Blood Tells et Memento Mori. Puis par la suite aller dans une forêt ou une grotte. Apportez vous un lecteur cd, mettez vos écouteurs et clanchez-vous l’album…et dites m’en ce que vous en pensez !


  Note de MU : 8.5/10 Note des Membres : --/10  

Classification des styles ?
Critique de votre album?

Nos partenaires
Conditions d'utilisation | Politique de confidentialité | FAQ © MetalUniverse.net. Enr. (2001-2017) Tous droits réservés.
>>> Si vous êtes une compagnie ou un groupe, rock / metal / autres, vous pouvez nous envoyer un courriel, pour promotion, critiques d'albums ou publicité : marc[@}metaluniverse.net
>>> If you are a label or a band, rock / metal / others, you can email us for promotion, cd reviews or advertising: marc[@}metaluniverse.net
Conception graphique : Marc Desgagné - Programmation : Andrew Gagné - Samuel Falardeau