Recherche MU :


The Black Keys
[Blues/Rock]
SKATERS
[Punk Rock]
Beck
[Rock / Indy]
Young The Giant
[Rock / Indy]
>>Voir liste
Lamb of God
Ensiferum
Sirenia
Seven Kingdoms
>>Voir liste
Groupes: 1308
Critiques CD: 2454
Nouvelles: 27667
Entrevues: 111
Critiques en Vrak
Groupe: Sonata Arctica
Album: UnOpened
Nous devons revenir en 1999, le power metal commence à se faire connaître de plus en plus. La Finlande voit la création d'un groupe du nom de Sonata Arctica. Par le fait même, il y a la production du...
Groupe: Motorjesus
Album: Deathrider
La formation Motorjesus nous arrive d'Allemagne avec leur premier opus, "Deathrider". Ils ont opté pour un heavy metal, qui a une influence assez ancienne, en plus de combiner le hard rock actuel....
# A B C D E F G H I J K L M N O P Q R S T U V W X Y Z
 Groupe: Attila
 Album: Villain (2019)
Note:
6.8/10
Style : MetalCore

Compagnie : Artery Recordings

Format : CD

Liste des pistes :

01. Perdition
02. Villain
03. Blackout
04. New Addiction
05. Still About It
06. Toxic
07. It Is What It Is
08. Subhuman
09. Manipulate
10. Bad Habits
MU Interactif
Critiques des Membres
Plus d'information
Fiche de l'artiste
Toutes les nouvelles
Toutes les critiques
Tous les compte-rendus
 
 Auteur : Marc-André Provost
 
Marc-André Provost

Personnellement, j'ai toujours été un grand fan de Attila. Je sais que la formation a un lot de haters assez impressionnant et que le nombre ne fait que s'agrandir d'album en album, mais de mon côté, j'aime bien leur style. Par contre, une chose certaine, c'est que leurs paroles, assez vulgaire merci, deviennent avec les années redondantes et dépassées. Avant même d'avoir commencé à écouter "Villain", je suis certain que Chris "Fronz" Fronzak est toujours aussi immature. Nous présentant en début de cette année 2019 leur huitième album, la formation d'Atlanta a besoin de renouveau. Avec cette fois Chris Linck à la guitare, Kalan Blehm à la basse et aux "back vocals" ainsi que Bryan McClure à la batterie, cette nouvelle offrande risque de déterminer le futur assez incertain du groupe.

Suivant une introduction simple, mais efficace du nom de "Perdition", Attila enfile avec leur premier single également nommé "Villain". Cette intro met déjà en place le style musical que nous proposera "Villain". Avec les phrases "I've destroyed every single thing I touch. I've destroyed every single thing I love", on saute vite à l'évidence, le "starpower" du Fronz n'est plus ce qu'il était en 2013. En revanche, la pièce-titre débute en feu cette nouvelle offrande. On laisse tomber le début d'album électro et rapper des opus précédents et ils commencent avec une "Party Song" qui rappelle étrangement le style de Emmure. Les paroles sont toujours aussi inspirées de la vie "Sex,Drugs And Metalcore" de Fronz. Ceci nous prouve que même en approchant la trentaine, Fronz est encore le jeune morveux qu'il était à vingt ans. Ce n'est pas non plus une surprise lorsque le morceau suivant, "Blackout", est dans le style Électrocore... avec pratiquement les mêmes paroles. Sur "Villain", il semble souhaiter au sens littéral que "Everybody Overdose" et sur "Blackout", "I'm gonna blackout ". On peut tout de suite sauter à la conclusion, cet album ne sera aucunement différent de tous les autres avant lui. Pour ma part, j'aime quand même ce que j'entends. Lorsque j'écoute du Attila, en général, c'est pour m'amuser. Leur style n'est pas ce qui est des plus originaux, leurs paroles sont toujours aussi offensives et ridicules, mais une chose est sûre, le travail est bien accompli.

Avec "New Addiction" et "Still About It", il s'agit tout simplement de la suite logique des choses. On reste dans le vulgaire. Il écrit des belles paroles comme "Tell me what makes you cum and I will be the only one who can make you believe that there's " et "then I grab her by the cunt ".  Je ne crois pas avoir à en dire plus sur le contenu lyrique de cet album. En général, le reste des chansons sont dans la même ligne de pensée. Du Metalcore, Électrocore, Rapcore avec parfois une mince touche de Deathcore et de Nu-Metal ("Subhuman"), comme seul Attila peut le présenter. "Villain" ne fait que confirmer que comparer à Fronz, Fred Durst est un vrai poète. Par contre, ce que j'apprécie, c'est l'intégration de solos de guitare. Lorsque les musiciens ont la chance de prendre un instant pour se démarquer, on s'aperçoit que Attila n'est pas seulement que des insanités. Fronz ose même se déclarer lui même un monstre sur "Bad Habbits"("I am a monster"). Ai-je besoin de vous convaincre d'avantage?

Probablement le fait que j'aime cet album fait de moi un "Villain". Je ne dis pas que ce disque sera l'album de l'année, ni même le meilleur de février 2019 (salut, While She Sleep!). Par contre, on ne peut enlever le fait que Attila nous offre son "Art" à la perfection. Je ne pense pas que quelqu'un aille déjà penser que Fronz et ses "bros" allaient nous offrir quelque chose de différent. Soit vous aimez, soit vous détestez et c'est justement ce que Fronz désire de son public.



https://www.facebook.com/AttilaGA/



  Note de MU : 6.8/10 Note des Membres : --/10  

Classification des styles ?
Critique de votre album?

Nos partenaires
Conditions d'utilisation | Politique de confidentialité | FAQ © MetalUniverse.net. Enr. (2001-2017) Tous droits réservés.
>>> Si vous êtes une compagnie ou un groupe, rock / metal / autres, vous pouvez nous envoyer un courriel, pour promotion, critiques d'albums ou publicité : marc[@}metaluniverse.net
>>> If you are a label or a band, rock / metal / others, you can email us for promotion, cd reviews or advertising: marc[@}metaluniverse.net
Conception graphique : Marc Desgagné - Programmation : Andrew Gagné - Samuel Falardeau