Recherche MU :
Groupes: 1308
Critiques CD: 2476
Nouvelles: 27667
Entrevues: 117
Critiques en Vrak
Groupe: Battlelore
Album: The Last Alliance
Originaire de Lappeenranta en Finlande, le groupe fantasy épique symphonique metal Battlelore a mis en vente son cinquième album, "The Last Alliance", en 2008. Regroupant plusieurs styles, il...
Groupe: Eversin
Album: Divina Distopia
Eversin est une formation italienne et "Divina Distopia" a été leur premier album en 2010. L'élément qui a attiré le plus mon attention est le style dans lequel il a été classé; Techno Power...
# A B C D E F G H I J K L M N O P Q R S T U V W X Y Z
 Groupe: Iced Earth
 Album: Incorruptible (2017)
Note:
8.5/10
Style : Heavy Metal

Compagnie : Century Media

Format : CD

Liste des pistes :

01. Great Heathen Army
02. Black Flag
03. Raven Wing
04. The Veil
05. Seven Headed Whore
06. The Relic (Part 1)
07. Ghost Dance (Awaken The Ancestors)
08. Brothers
09. “Defiance”
10. Clear The Way (December 13th, 1862)
MU Interactif
Critiques des Membres
Plus d'information
Fiche de l'artiste
Toutes les nouvelles
Toutes les critiques
Tous les compte-rendus
 
 Auteur : Sylvain Carrier
 
Sylvain Carrier

Régulière comme une horloge depuis 2008 en présentant des albums aux trois ans, la formation américaine Iced Earth rapplique à nouveau avec le nouvel opus Incorruptible. Il faut dire que les amateurs de la bande à Jon Schaffer sont souvent sévères à l'endroit du groupe, certains préférant les racines plus thrash du groupe, et d'autres préférant le son plus mélodique auquel ses membres nous a habitué dans les dernières années.


C'est avec Great Heathen Army que débute Incorruptible. Ceux qui espéraient un retour aux sources seront déçus, une touche power/speed metal étant très présente dès les premières notes, notamment avec un VALHALLA bien senti d'un Stu Block au sommet de son art. Cependant, en ce qui concerne l'auteur de ces lignes, c'est un départ canon avec une pièce qui restera probablement dans le setlist live pendant de nombreuses années. Black Flag visite ensuite la thématique des pirates, marquant un virage inattendu dans les sujets dont Iced Earth traite depuis le début de sa carrière. Black Flag est définitivement une grower, c'est-à-dire qu'elle marque peu l'auditeur à prime abord, mais qu'après quelques écoutes, on se surprend à la fredonner un peu partout dans nos activités quotidiennes. Vraiment un morceau à découvrir!


Schaffer et sa bande calment ensuite le tout avec la pièce mid-tempo Raven Wings, qui n'est pas sans rappeler les bonnes vieilles Melancholy (Holy Martyr) et I Died For You. On parle réellement d'un début d'album extrêmement solide pour les vétérans de la scène, qui offrent d'ailleurs tout au long de l'album une prestation technique à la hauteur de leur réputation.Ça se gâte momentanément cependant avec The Veil, une pièce un peu ennuyante, qui manque un brin de rythme et qui sombrera probablement dans l'oubli pour plusieurs amateurs. D'ailleurs, le refrain est un mystérieux rip-off d'une vieille chanson de Loverboy, When it's over. Oh well!


Seven-Headed Whore réveillera cependant l'amateur endormi, puisque c'est définivitivement un des gros, gros highlights de l'album! On retrouve le bon vieux Iced Earth: couplets frôlant à l'occasion le thrash metal, refrain catchy à souhait, furieux solos de guitare... tout y est! Vraiment, si vous n'avez qu'une pièce à écouter sur Incorruptible, celle-ci en vaut le détour. The Relic propose un peu le genre d'atmosphère que Raven Wings, tout comme Brothers, d'ailleurs. En fait, c'est un peu un des reproches que l'on peut faire à cet dernière offrande d'Iced Earth: plusieurs pièces semblent casser le rythme, sans être pour autant mauvaises. C'est un peu dommage, puisque cela fait en sorte que l'auditeur aura probablement le réflexe de skipper quelques pièces pour synthoniser les plus mémorables.


Ghost Dance est une pièce instrumentale qui, encore une fois, démontre l'étendue de tout le talent qui se trouve dans la formation américaine et qui est franchement impressionante, quoiqu'un peu longue à un peu plus de 6:30. Defiance est une pièce typique d'Iced Earth qui ne marquera probablement personne mais qui est agréable malgré tout, elle qui présente un Stu Block absolument en feu. Quelle voix il a, celui-là... On ne le dira jamais assez, mais c'est un perfect fit pour Iced Earth! Le tout se termine Clear the Way, une pièce épique qui nous ramène à la guerre civile américaine (l'obsession de Jon Schaffer, patriote aguerri). Quelle finale, d'ailleurs! On retrouve une émotion sur cette pièce qu'on n'entendait plus assez lors des derniers albums d'Iced Earth. En voilà une qui restera assurément gravée dans la mémoire des amateurs


Essentiellement, donc, on peut parler d'un bon album, qui ne réinvente cependant en rien le son auquel le groupe nous a habitué. On y retrouve quelques flashs de la vieille époque, sans plus, mais il va de soi que si vous avez apprécié Iced Earth post-Dystopia, il y a fort à parier que vous trouverez votre compte avec Incorruptible!



https://www.facebook.com/OfficialIcedEarth/


 



  Note de MU : 8.5/10 Note des Membres : --/10  

Classification des styles ?
Critique de votre album?

Nos partenaires
Conditions d'utilisation | Politique de confidentialité | FAQ © MetalUniverse.net. Enr. (2001-2017) Tous droits réservés.
>>> Si vous êtes une compagnie ou un groupe, rock / metal / autres, vous pouvez nous envoyer un courriel, pour promotion, critiques d'albums ou publicité : marc[@}metaluniverse.net
>>> If you are a label or a band, rock / metal / others, you can email us for promotion, cd reviews or advertising: marc[@}metaluniverse.net
Conception graphique : Marc Desgagné - Programmation : Andrew Gagné - Samuel Falardeau