Recherche MU :


The Black Keys
[Blues/Rock]
SKATERS
[Punk Rock]
Beck
[Rock / Indy]
Young The Giant
[Rock / Indy]
>>Voir liste
BARF
Anonymus
Stitched Up Heart
Spirit Adrift
>>Voir liste
Groupes: 1308
Critiques CD: 2467
Nouvelles: 27667
Entrevues: 115
Critiques en Vrak
Groupe: Vektor
Album: Outer Isolation
Paru en 2009, le premier album (Black Future) du groupe américain Vektor s’était alors démarqué par la combinaison inhabituelle de plusieurs styles musicaux (thrash, black et progressif). Trois ans...
Groupe: Soen
Album: Cognitive
Soen est un groupe formé de Martin Lopez (ex Opeth et Amon Amarth) à la batterie, de Steve DiGiorgio (ex Testament) à la basse, de Joel Ekelöf (Willowtree) à la voix et de Kim Platbarzdis à la...
# A B C D E F G H I J K L M N O P Q R S T U V W X Y Z
 Groupe: Mastodon
 Album: The Hunter (2011)
Note:
9.0/10
Style : Heavy Metal

Compagnie : Reprise/Warner

Format : CD

Liste des pistes :

Black Tongue
Curl Of The Burl
Blasteroid
Stargasm
Octopus Has No Friends
All The Heavy Lifting
The Hunter
Dry Bone Valley
Thickening
Creature Lives
Spectrelight
Bedazzled Fingernails
The Sparrow

MU Interactif
Critiques des Membres
Plus d'information
Fiche de l'artiste
Toutes les nouvelles
Toutes les critiques
Tous les compte-rendus
 
 Auteur : Yanick Tremblay
 
Yanick Tremblay
Un album qui arrive rapidement pour le groupe d’Atlanta et certains s’en inquiètent car le précédent, Crack the Skye est sorti il y a environ deux ans, et en plus, Mastodon a fait la trame sonore du méga flop cinématographique qu’est Jonah Hex, en plus de sortir un DVD en concert. Tout ça en prenant en considération que le groupe a fait d’innombrables tournées, en ouverture de Metallica surtout, mais aussi avec Dethklok ou Between the Buried and Me. De plus, Brent Hinds a sorti deux albums avec ses projets en parallèle et Bill Kelliher, lui, a sorti un mini-album avec son projet Primate.

Ouf… mais où prennent-ils le temps d’écrire et de composer ?

Sur la route, comme de raison! Et ce disque, The Hunter, est la preuve qu’il ne sert à rien d’attendre ou d’y aller avec la procrastination avant de sortir un album. Donc, quand c’est à point, tu le sors! Si le précédent se voulait un long voyage vers les confins de la musique progressive avec de longues pièces complexes, The Hunter démontre une volonté vers la simplicité avec des chansons plus simples au niveau de la structure et surtout, plus courtes au niveau du chronomètre.

Les deux premiers extraits démontrent bien que le groupe veut passer le râteau de manière plus large, surtout avec Curl of the Burl qui est une chanson avec un potentiel énorme au niveau des stations de musique plus rock. Avec une production d’où émane la justesse sonique, rien ne déborde sur cet album qui entre bien dans le format des albums de rock conventionnel mais tout en restant du Mastodon avec une signature qui est propre au groupe grâce à des chansons comme All The Heavy Lifting qui offre un Brent Hinds aux voix qui s’adonne, comme toujours, sur des pièces qui roulent bien au niveau des cadences. Il y a aussi Blasteroid qui propose l’impétuosité régulière de Mastodon avec encore une fois Hinds aux voix et Stargasm qui, surprise, lance Brent Hinds vers des sphères plutôt métallisées et plus progressives que sur le reste du disque.

Est-ce que Hinds est la valeur sûre du groupe versus la signature plus métallo-progressive de Mastodon? Peut-être… Sur les chansons qui offrent Brann Dailor (batteur) aux voix, nous sommes en présence de chansons plus boogie, qui se frottent à ce que Queens of the Stone Age proposent, celles qui ont des rythmiques qui nous font hocher du casque comme Curl of the Burl, Creature Lives (surprenante comme chanson, à découvrir grâce à sa dimension très chant de groupe!) et Dry Bone Valley. Troy Sanders (bassiste) est encore celui qui arrive avec des positions de gorge plutôt jouées, caricaturales, actées et qui proposent des «créatures» comme sur Bedazzled Fingernails, Spectrelight (une collaboration avec Scott Kelly de Neurosis) et Black Tongue. La surprise du disque n’est pas très métallisée, c’est avec la chanson The Sparrow qui se veut un léger clin d’œil à Pink Floyd par l’ambiance créé par les guitares et les effets ajoutés à la réalisation.

Pendant que certains se mobilisent de façon rébarbative sur le choix artistique de la pochette car le groupe n’a pas retenu les services de Paul Romano, d’autres voient ce disque comme étant la venue du Christ pratiquement, certains scribes du rock propulsant The Hunter aux firmaments du métal et ayant le même potentiel commercial qu’a eu l’album noir de Metallica!

Euh… j’en doute… Des albums qui proposent un impact aussi majeur que l’album noir de Metallica, ne sortent pas régulièrement. Nous ne pouvons voir ce phénomène qu’une fois de temps en temps, c'est aussi rare qu'une nuit se sommeil de 8 heures dans la vie de Gregory Charles.

Le potentiel commercial de ce disque n’est pas aussi grandiose que l’éponyme de Metallica mais il est présent, sans aucun doute. Ce disque peut avoir le même effet qu’a eu un Songs for the Deaf de Queens of the Stone Age ou The Colour and the Shape de Foo Fighters, ce qui veut dire d’aider le groupe à sortir du circuit intermédiaire pour se retrouver dans le domaine des grands du rock, pas des géants...

Pour ma part, je ne crie pas au génie. Je ne fais qu’affirmer que ce disque est fabuleux !

www.mastodonrocks.com





  Note de MU : 9/10 Note des Membres : --/10  

Classification des styles ?
Critique de votre album?

Nos partenaires
Conditions d'utilisation | Politique de confidentialité | FAQ © MetalUniverse.net. Enr. (2001-2017) Tous droits réservés.
>>> Si vous êtes une compagnie ou un groupe, rock / metal / autres, vous pouvez nous envoyer un courriel, pour promotion, critiques d'albums ou publicité : marc[@}metaluniverse.net
>>> If you are a label or a band, rock / metal / others, you can email us for promotion, cd reviews or advertising: marc[@}metaluniverse.net
Conception graphique : Marc Desgagné - Programmation : Andrew Gagné - Samuel Falardeau