Recherche MU :


The Black Keys
[Blues/Rock]
SKATERS
[Punk Rock]
Beck
[Rock / Indy]
Young The Giant
[Rock / Indy]
>>Voir liste
BARF
Anonymus
Stitched Up Heart
Spirit Adrift
>>Voir liste
Groupes: 1308
Critiques CD: 2467
Nouvelles: 27667
Entrevues: 115
Critiques en Vrak
Groupe: HammerFall
Album: Legacy of Kings
Il y a quelques années, en 1993 , le guitariste Oscar Fredrick Dronjak créait Hammerfall à sa sortie du groupe de Death Metal Ceremonial Oath. La formation du groupe se fit à l'aide de membres...
Groupe: Herege
Album: Bang Your Heads
Herege est un jeune groupe brésilien de heavy métal formé en 2001 dans le but de rendre hommage à des groupes tels Manowar, Judas priest, Iron Maiden et Motorhead. Rapidement par contre, la...
# A B C D E F G H I J K L M N O P Q R S T U V W X Y Z
 Groupe: Monarque
 Album: Messe Noire (2010)
Note:
8.5/10
Style : Black Metal

Compagnie : Sepulchral Productions

Format : MCD Live

Liste des pistes :

Audio
01. L’Abysse Aux Charognes
02. Vent du Nord
03. Mes Blessures
04. Le Revenant (Mortifera Cover)
05. Vermines

Vidéo
01. L’Abysse Aux Charognes
02. Vent du Nord
03. Mes Blessures

MU Interactif
Critiques des Membres
Plus d'information
Fiche de l'artiste
Toutes les nouvelles
Toutes les critiques
Tous les compte-rendus
 
 Auteur : Pierre-Yves Bédard
 
Pierre-Yves Bédard

Depuis maintenant quelques années, Monarque s’impose comme une figure déterminante de la scène Black Métal Québécoise. En effet, depuis son tout premier démo en 2005, les concerts, les splits, les best of’s et les disques pleine longueur s’alignent les uns derrière les autres. De plus, certaines de ses dernières sorties furent orientées vers un public plus européen afin qu’eux aussi découvrent son métal noir. La dernière fois que le principal intéressé par cette critique s’est retrouvé sur une sortie ‘‘live’’, c’est en 2009 sur la cassette ‘‘Traditions, Blasphèmes et Sacrifices’’ dont la critique se retrouve ici. Malheureusement, le médium utilisé n’était pas très accessible. Cette année, le québécois revient à la charge avec l’album dont il est présentement question. En raison des deux médias exploités (audio et vidéo), le présent écrit sera divisé en deux parties.

AUDIO

La première chose qui saute aux oreilles lors de l’écoute est le réalisme exposé par le MCD. Il arrive souvent, lors de sorties moins underground, que le son émis par la foule soit confiné à quelques applaudissements discrets entre chaque morceau. Par contre, dans le cas présent, il est possible d’entendre beaucoup plus. Plus précisément, il est possible d’ouïr les gens discuter entre les pièces, faire des ‘‘HEY! HEY’’ lorsque le rythme le permet et même de discerner quelques hurluberlus crier un peu n’importe quoi avec une voix gutturale qui laisse à désirer. Dans le même ordre d’idées, le fait d’entendre Monarque présenter ses chansons et faire quelques commentaires personnels du genre ‘‘Faut que ça brasse tabarnak!’’ ou ‘’On s’brise le cou!’’ augmente encore l’effet de proximité et l’immersion créée par l’effort. Ayant assisté à ce concert à quelques pieds de la scène, je peux vous confier qu’à chaque écoute, j’en ai encore des frissons.

Un autre aspect de cette partie audio qui mérite d’être explorée est la qualité sonore de cette dernière. Plus précisément, je ne sais pas avec quel genre d’appareil fut enregistré ce disque, mais le résultat est plus que surprenant. Il aurait été normal de s’attendre à une sonorité plus crasseuse, mais je dois avouer que j’ai été agréablement surpris lorsque les premières notes furent jouées. Le résultat est clair comme de l’eau de roche et permet vraiment de savourer l’expérience au maximum. Par ailleurs, cette qualité vient vraiment bien démontrer toute la puissance qu’expose Monarque sur scène. Ses performances sont assez renversantes et il réussit quand même à bien représenter ce qu’il peut offrir sur la mince galette de plastique.

En plus d’offrir trois de ses compositions originales, Monarque s’est permis d’inclure une reprise de la formation Française Mortifera qui se retrouve sur leur premier album studio ‘’Vastiia Tenebrd Mortifera’’ qui date de 2004. Également, comme bonus, une version différente de la chanson ‘’Vermines’’ se retrouvant sur le split avec Evil Wrath est aussi présente. Par contre, cette dernière n’est pas ‘’en concert’’.

En résumé, la portion audio de ‘’Messe Noire’’ a de quoi vous enchanter au plus haut point. En fait, elle impressionne par sa qualité et sa fidélité à l’expérience vécue lors d’un spectacle. C’est comme si vous étiez sur place, mais les yeux fermés.

VIDÉO

J’ai eu la chance de couvrir l’artiste dont il est présentement question à plusieurs reprises depuis les dernières années et j’ai souvent mentionné le souci du détail de ce dernier. Plus précisément, un bon spectacle ne se limite pas seulement à jouer de la musique sur une scène, mais plutôt à impressionner et rendre la performance la plus excitante possible pour les gens qui ont dépensé leur argent durement gagné et qui se sont déplacés pour y assister. Chose certaine, le québécois a compris l’importance de ce concept. C’est donc avec grand intérêt que j’ai analysé la première possibilité d’avoir du Monarque ‘’pour emporter’’.

Tout d’abord, je crois qu’il est important de mentionner que la partie vidéo de cette sortie ne contient pas tout ce que la portion audio propose. En effet, seulement les trois premières pièces sont présentes, ce qui totalise environ quinze minutes. Dans un autre ordre d’idées, la performance fut majoritairement filmée à l’aide de deux caméras mobiles. Plus précisément, une d’elles semble assez professionnelle tandis que l’autre était de qualité moindre. Étant donné quelques effets dont le noir et blanc et un autre que je pourrais qualifier d’ ‘’old school granuleux’’, la différence entre les deux appareils est apparente, mais ne vient pas ruiner l’expérience pour autant. De plus, le fait de ne pas utiliser seulement une caméra fixe rend l’écoute beaucoup plus divertissante et réaliste. Le Bar Octobre est un endroit ayant un cachet incroyable malgré sa superficie et toute l’intimité que ce dernier propose est bien transmise lors de la visualisation. Par ailleurs, chaque musicien est exposé individuellement même si une certaine emphase est mise sur le protagoniste principal, ce qui est bien normal.

En résumé, la partie vidéo de ‘’Messe Noire’’ mérite amplement d’être dégustée même si elle se veut relativement courte. Je dois avouer que je suis sincèrement resté sur mon appétit, mais considérant que cette sortie est un ‘’MCD Live’’ et non un DVD complet, il est correct de ne pas retrouver une performance de 45-50 minutes.

Sous l'oeil des astres et du temps
Tu t'effondres. Et l'hiver. Sous tes pieds
Deviant ta tombe.

Et moi j'observe en silence
la puissance...
Du vent du Nord!



  Note de MU : 8.5/10 Note des Membres : --/10  

Classification des styles ?
Critique de votre album?

Nos partenaires
Conditions d'utilisation | Politique de confidentialité | FAQ © MetalUniverse.net. Enr. (2001-2017) Tous droits réservés.
>>> Si vous êtes une compagnie ou un groupe, rock / metal / autres, vous pouvez nous envoyer un courriel, pour promotion, critiques d'albums ou publicité : marc[@}metaluniverse.net
>>> If you are a label or a band, rock / metal / others, you can email us for promotion, cd reviews or advertising: marc[@}metaluniverse.net
Conception graphique : Marc Desgagné - Programmation : Andrew Gagné - Samuel Falardeau