Recherche MU :


The Black Keys
[Blues/Rock]
SKATERS
[Punk Rock]
Beck
[Rock / Indy]
Young The Giant
[Rock / Indy]
>>Voir liste
Jinjer
Principius
I Prevail
IHSAHN
>>Voir liste
Groupes: 1308
Critiques CD: 2484
Nouvelles: 27666
Entrevues: 122
Critiques en Vrak
Groupe: My Only Scenery
Album: Begin To Walk
Originaire de Metz en France, il s'agit du premier EP de la jeune formation My Only Scenery avec la sortie de "Begin To Walk". Le groupe évolue dans un style emocore, mais il semble puiser...
Groupe: Compilation
Album: Décadence
Une des choses agréables avec ce genre de compilation mixte, c'est de pouvoir découvrir plusieurs groupes et styles différents sur un seul disque. Cette compilation, composée des groupes québécois...
# A B C D E F G H I J K L M N O P Q R S T U V W X Y Z
 Groupe: Superior Enlightenment
 Album: The Great Obscurantism (2009)
Note:
8.3/10
Style : Black Metal

Compagnie : Mankind's Demise Records

Format : CD

Liste des pistes :

01. Novus Incompositus Seclorum
02. Digital Holocaust
03. Ineffable Winds of Neptune
04. Cesspool
05. Divided They Fall
06. Golden Ratio
07. Not to Be
08. The Burden
09. To Fucking Execrate
MU Interactif
Critiques des Membres
Plus d'information
Fiche de l'artiste
Toutes les nouvelles
Toutes les critiques
Tous les compte-rendus
 
 Auteur : Nicolas Crépeault
 
Nicolas Crépeault
Après quelques nouvelles sporadiques et une attente qui dura un bon moment pour ceux attendant ce projet de pied ferme. Superior Enlightenment nous arrive finalement avec leur premier album, The Great Obscurantism. Le produit final est exactement ce que nous avions pu être en droit de nous attendre : un assaut tout ce qu’il y a de plus brutal et haineux, tel que l’esprit peut à peine le concevoir.

Il faut bien peu de temps pour saisir de quel acabit sera l’écoute de ce premier effort. En effet, dès la première pièce, le groupe nous envoie directement un mur sonore de violence et d’agressivité qui ne prend que bien peu de répit au fil des 45 minutes que dure l’album. Mais cette violence auditive ne se fait pas sans aucune subtilité et sans artifice, et plusieurs points viennent à l’esprit lorsque l’on décortique le tout. D’abord, la production surprend. Pour un premier album, il est étonnant d’entendre le tout sonner avec autant de professionnalisme. Pour utiliser une expression populaire, ‘’Ça sonne la tonne de brique’’. Une autre chose qui étonne et détonne est à quel point chaque instrument prend sa part du lot.

La guitare demeure rapide et lourde, mais non sans quelques aspects mélodiques qui empêchent la musique d’être brutale pour le simple principe de l’être, et offrent aux pièces, parfois malheureusement trop coulées dans le même moule, un peu de diversité. La performance à la batterie est tout simplement stupéfiante tellement parfois certain rythme nous semble rapide et démesuré, sans toutefois tomber dans la facilité et la redondance des blast-beats à perte de vue.. Bien entendu, nous ne parlons pas ici de la variété la plus subtile ou la plus grande existante, néanmoins les nombreux changements rythmiques empêchent l’auditeur de se lasser trop rapidement. La variété des vocaux constitue un des meilleurs points de l’album, en effet plusieurs registres de vocaux se font entendre au sein d’une même pièce, apportant une bonne diversité aux hurlements surplombant la musique. Il faut dire qu’on dénombre 3 chanteurs invités sur l’album, leur participation ne faisant pas l’objet d’un morceau précis.

Cependant, l’un des défauts majeurs de l’album, et qui se ressent à travers plusieurs groupes qui abordent ce style, est le manque de diversité sur l’album, et surtout le manque d’identité propre aux pièces. Bien que certains passages nous marquent plus que d’autre, les 9 pièces constituant ce premier opus sont d’une trop grande uniformité. Autant que cela représente en soit un gage de qualité constante, autant les pièces se suivent et se ressemblent, sans tenter de véritablement s’imposer. Il manque quelque chose pour que chaque pièce se démarque l’une de l’autre et laisse une impression plus marquée dans l’esprit de l’auditeur.

The Great Obscurantism prouve que Superior Enlightenment joue dans la cour des grands et que malgré que ce ne soit pas un album parfait, le groupe n’a rien à envier à nombres de groupes réputés et professionnels. Nul doute que le groupe n’a pas cessé de faire parler de lui, et doit-on un jour voir le groupe se produire sur scène, ne soyez point étonné de sentir le sol trembler ce jour-là.


  Note de MU : 8.3/10 Note des Membres : --/10  

Classification des styles ?
Critique de votre album?

Nos partenaires
Conditions d'utilisation | Politique de confidentialité | FAQ © MetalUniverse.net. Enr. (2001-2017) Tous droits réservés.
>>> Si vous êtes une compagnie ou un groupe, rock / metal / autres, vous pouvez nous envoyer un courriel, pour promotion, critiques d'albums ou publicité : marc[@}metaluniverse.net
>>> If you are a label or a band, rock / metal / others, you can email us for promotion, cd reviews or advertising: marc[@}metaluniverse.net
Conception graphique : Marc Desgagné - Programmation : Andrew Gagné - Samuel Falardeau