Recherche MU :


The Black Keys
[Blues/Rock]
SKATERS
[Punk Rock]
Beck
[Rock / Indy]
Young The Giant
[Rock / Indy]
>>Voir liste
BARF
Anonymus
Stitched Up Heart
Spirit Adrift
>>Voir liste
Groupes: 1308
Critiques CD: 2467
Nouvelles: 27667
Entrevues: 115
Critiques en Vrak
Groupe: Gamma Ray
Album: Land Of The Free
Comme on devrait tous le savoir, nous, fans de power, Gamma Ray est le band que Kai Hansen a formé, si vous ne savez pas qui est Kai Hansen, changez d’école.


J’ai cru qu’il était...
Groupe: Antares Predator
Album: Twilight Of The Apocalypse
Originaire d'Oslo en Norvège, "Twilight of the Apocalypse" est le premier album de la formation Antares Predator. Avec une combinaison de styles tout de même populaire depuis quelques années,...
# A B C D E F G H I J K L M N O P Q R S T U V W X Y Z
 Groupe: Mastodon
 Album: Lifesblood (2001)
Note:
6.0/10
Style : Groove Metal

Compagnie : Relapse Records

Format : EP

Liste des pistes :

01. Shadows That Move
02. Welcoming War
03. We Built This, Come Death
04. Hail to Fire
05. Battle At Sea
MU Interactif
Critiques des Membres
Plus d'information
Fiche de l'artiste
Toutes les nouvelles
Toutes les critiques
Tous les compte-rendus
 
 Auteur : Pier-Philippe Moreau
 
Chers amis, aujourd’hui je vous invite à voyager dans le temps avec moi. Voyager jusqu’au commencement de la préhistoire, pour découvrir ce qu’était Mastodon à ses débuts. Venez avec moi découvrir ou a commencé l’histoire de ces chasseurs de mammouths avec l’album ‘’Lifesblood’’ parut en 2001. Premièrement, Mastodon est une formation de « progressif sludge » qui c’est formée en 2000. Lorsque son histoire a débuté, la formation comptait cinq membres : Troy Sanders qui participait aux chants et créait l’ambiance grâce à sa basse, Brent Hinds , virtuose de la guitare et également chanteur, Bill Kelliher, qui est également un magicien de la guitare, Brann Dailor utilisant un savant jeu de batterie et finalement Eric Saner, chanteur de la formation. Malheureusement, ce dernier quitta la formation par la suite.

Mastodon nous offre un son très particulier qui lui est propre, des jeux de guitare complexes et intenses, le jeu du bassiste est malheureusement inaudible pour le commun des mortels vu l’extrémité du jeu des guitares et du batteur. Pour ce qui est de la partie concernant les vocalistes de la formation, un «scream» très intense s’entremêle quelle que fois a un «growl» tout en puissance. Par contre, je déplore le manque de travail au niveau de la voix. Les paroles sont très difficiles à dissocier de certains cris poussés sans la moindre intention de chanter. Le batteur quant à lui, nous offre un jeu parfait, intense, brutal et avec des accents de jeu tribal se mariant à merveille avec le style d’homme des cavernes qu’arbore Mastodon. L’album Lifesblood est malheureusement dans l’ensemble décevant. Au niveau instrumental, le travail y est très bon et technique et donne un son assez impressionnant, mais le manque de parole se fait souvent sentir et les cris poussés sans aucune parole manquent un peu de charme. De plus, les chansons se suivent mal. Autant écoutées séparément elles peuvent être bonnes, autant une étrange sensation qu’il y a quelque chose qui cloche lorsque nous les écoutons ensembles.

L’album ‘’Lifesblood’’ commence avec une pièce lourde, « Shadow That Move ». La partition instrumentale n’est pas révolutionnaire, encore moins technique et loin d’être rapide. Elle nous offre quand même une mélodie qui ne déplaît pas trop à l’oreille. Les vocaux, quant à eux, déplaisent à l’ouïe, car les paroles se mêlent très mal à la musique, en plus d’être très rares et trop souvent poussées par des «screams» et des « growls» incompréhensibles. Heureusement, l’album s’améliore avec la chanson «Welcoming War ». La guitare prend de la vitesse ce qui donne une meilleure saveur à la musique de Mastodon, mais malheureusement la batterie garde un rythme un peu lent à quelques occasions. Toutefois, la plus grande amélioration est dans les chants, ils se mêlent beaucoup mieux à la musique et, bien qu’insuffisantes, les paroles dures plus longtemps que dans la pièce précédente. L’ambiance de la chanson devient beaucoup plus agressive ce qui n’est pas pour déplaire. On nous présente finalement une pièce digne du groupe avec la chanson «We Built This Come Death». Les guitares gagnent en rapidité et en technique, une fois de plus la batterie augmente son jeu de vitesse pour nous offrir une chanson remplie d’agressivité et les paroles atteigne finalement une longueur respectable pour la durée de la chanson.

Pour l’avant-dernière chanson on nous offre la pièce la plus agressive de l’album, «Hail to Fire », les guitares, la basse et la batterie restent aussi bons que lors de «We Built This Come Death », mais en plus le groupe nous offre des « screams» très intenses se mariant bien avec la mélodie et évite l’abus de «growls». «Hail to Fire » est selon moi la seule pièce de l’album digne de la réputation que s’est forgée Mastodon au fil des années. Puis l’album se conclut doucement avec la pièce «Battle at Sea », la pièce la plus douce de l’album. Une fois encore la partie instrumentale est bonne sans être magistrale. Le gros défaut de la pièce est une fois encore la partie des chants, nous faisant nous demander si à cette époque de son histoire, Mastodon ne se cherchait-il pas encore un peu.

En conclusion, cet album nous montre que lors de sa parution, Mastodon n’était peut-être pas encore prêt pour le grand plongeon, mais le temps nous a prouvé que tel un vin Mastodon était fait pour se bonifier.


  Note de MU : 6/10 Note des Membres : --/10  

Classification des styles ?
Critique de votre album?

Nos partenaires
Conditions d'utilisation | Politique de confidentialité | FAQ © MetalUniverse.net. Enr. (2001-2017) Tous droits réservés.
>>> Si vous êtes une compagnie ou un groupe, rock / metal / autres, vous pouvez nous envoyer un courriel, pour promotion, critiques d'albums ou publicité : marc[@}metaluniverse.net
>>> If you are a label or a band, rock / metal / others, you can email us for promotion, cd reviews or advertising: marc[@}metaluniverse.net
Conception graphique : Marc Desgagné - Programmation : Andrew Gagné - Samuel Falardeau