Recherche MU :
Groupes: 1308
Critiques CD: 2475
Nouvelles: 27667
Entrevues: 117
Critiques en Vrak
Groupe: Aun
Album: Multigone
Message aux amateurs de drone : réjouissez-vous, voici la critique d’un bon album de drone made in Montréal qui nous a été amicalement offert par Aun. Pour ceux qui ne connaitraient pas le...
Groupe: Peste Noire
Album: Ballade cuntre lo Anemi Francor
Connu et apprécié de plusieurs amateurs de black metal pour ses premiers albums (« La Sanie des siècles - Panégyrique de la dégénérescence » ainsi que « Folkfuck Folie ») qui frôlaient l’excellence,...
# A B C D E F G H I J K L M N O P Q R S T U V W X Y Z
 Groupe: Darkthrone
 Album: Dark Thrones and Black Flags (2008)
Note:
9.1/10
Style : Black Metal

Compagnie : Peaceville

Format : CD

Liste des pistes :

01. The Winds They Called the Dungeon Shake
02. Death of all Oaths (Oath Minus)
03. Hiking Metal Punks
04. Blacksmith of the North (Keep That Ancient fire)
05. Norway in September
06. Grizzly Trade
07. Hanging Out in Haiger
08. Dark Thrones and Black Flags
09. Launchpad to Nothingness
10. Witch Ghetto
MU Interactif
Critiques des Membres
Plus d'information
Fiche de l'artiste
Toutes les nouvelles
Toutes les critiques
Tous les compte-rendus
 
 Auteur : Pierre-Yves Bédard
 
Pierre-Yves Bédard
Depuis maintenant un peu plus de deux décennies, Darkthrone trône au sommet de l’art qu’est le Black Métal Norvégien. En effet, il est un des groupes les plus respectés de la planète et avec raison. Il y a de ça quelques années, il a repoussé encore une fois les limites en prenant un tournant très «Old School» et en revenant aux sources de son style musical tout en y ajoutant une touche de Punk très crasseux. Certains iront même jusqu’à dire de façon très imagée que le nouveau Darkthrone ressemble à un coulis de matière noire gluante et sale se déversant dans les oreilles de celui qui porte les écouteurs. «Dark Thrones and Black Flags» est donc le troisième opus de cette vague et, fait intéressant, il ne fut pas composé comme les anciens albums du duo. Cette fois-ci, Fenriz et Nocturno Culto participèrent tous deux à la partie vocale et à l’écriture des pièces.

Tout d’abord, chose certaine, cet effort ne s’éloigne pas de ses prédécesseurs. L’atmosphère très noire et renfermée que dégage leur studio, Necrohell II, se fait ressentir tout au long de l’écoute. Aussitôt que le disque commence à tourner dans le lecteur, un nuage gris provenant de la Norvège vient s’installer au dessus de la tête de l’auditeur et une lourdeur vient se déposer sur ses épaules ne lui laissant aucun autre choix que de froncer les sourcils, d’avancer son menton et de bouger la tête au son de la musique, question de se plonger dans l’état d’esprit le plus grim possible. Dans un autre ordre d’idées, l’humour noir et la haine envers le conformisme des deux musiciens occupent encore une place importante au niveau lyrique. Ils ne se gênent pas pour narguer les «posers» à quelques reprises et ne passent pas par quatre chemins pour le faire. Ils n’ont rien à cirer de l’opinion des autres et cracheront à la figure de ceux qui essaient de les copier. Là est la différence entre les groupes qui font des efforts incommensurables pour paraître «Trve» et ceux qui le sont vraiment.

Au niveau plus musical de l’album, évidemment, Darkthrone ne rime pas avec complexité et technicalité. Côté batterie, les rythmes joués par Fenriz sont toujours aussi efficaces et accrocheurs dans leur simplicité tout en étant relativement différents d’une pièce à l’autre. En ce qui concerne la guitare, les deux maîtres incontestés de l’art du «riff», comme ils se proclament si bien, ont réussi encore une fois à créer des mélodies sortant de l’ordinaire, tout en conservant le côté criard et la rapidité du Black Métal, agrémentées de solos désordonnés et à la limite du psychédélique. Au niveau vocal, l’alternance des deux membres du groupe s’agence tout de même bien avec les chansons même s’ils nous ont habitués à n’entendre presqu’exclusivement Nocturno Culto depuis plusieurs années. Par ailleurs, entre nous, Fenriz n’a vraiment pas la plus belle voix ni la plus plaisante à entendre, mais son côté plus fougueux, détaché et son «Je m’en foutisme» a tout de même un certain charme. Un point négatif est l’utilisation permanente de l’écho du début à la fin. Cet effet était utilisé un peu lors des albums précédents, mais dans «Dark Thrones And Black Flags», il est un peu trop prononcé et devient assez agaçant lors des premières écoutes. Par contre, comme toute autre chose, à la longue, on s’habitue. Autre détail, il sonne beaucoup moins propre que les deux derniers, soit «The Cult Is Alive» et «F.O.A.D.», qui avaient une sonorité très claire. Ceci a pour effet d’augmenter l’effet crasse recherché par Darkthrone.

En résumé, le duo norvégien revient avec un album très solide assurant la continuité de leur nouvelle direction. Encore une fois, ils prouvent à toute la communauté Black Métal qu’ils sont là pour rester et que même après 21 années, ils sont encore capables de se renouveler, de surprendre, de se surpasser et de rester les rois incontestés de leur genre. Ils démontrent aussi que les productions studio à gros budget ne sont pas nécessaires pour créer un produit fini de qualité. Tout est dans l’attitude.


  Note de MU : 9.1/10 Note des Membres : --/10  

Classification des styles ?
Critique de votre album?

Nos partenaires
Conditions d'utilisation | Politique de confidentialité | FAQ © MetalUniverse.net. Enr. (2001-2017) Tous droits réservés.
>>> Si vous êtes une compagnie ou un groupe, rock / metal / autres, vous pouvez nous envoyer un courriel, pour promotion, critiques d'albums ou publicité : marc[@}metaluniverse.net
>>> If you are a label or a band, rock / metal / others, you can email us for promotion, cd reviews or advertising: marc[@}metaluniverse.net
Conception graphique : Marc Desgagné - Programmation : Andrew Gagné - Samuel Falardeau